Vols de viande dans les épiceries : un commerçant de Gatineau lance une mise en garde

Du boeuf en étalage Du boeuf en étalage  Photo :  CBC

Un propriétaire de marché d'alimentation de Gatineau dénonce les vols de viande organisés dont sont victimes les épiceries, et ce, depuis plusieurs années.

Michel Halloran, propriétaire d'une épicerie Metro Plus dans le secteur de Buckingham, lance aussi une mise en garde aux consommateurs éventuels de produits volés. Il estime que ces derniers présentent des risques pour la santé.

« Aussitôt que la viande est sortie du magasin, il n'y a plus de contrôle à ce moment-là. On ne sait pas si c'est réfrigéré. Il y a potentiellement un risque. » — Michel Halloran, propriétaire du Metro Plus de Buckingham

M. Halloran, qui oeuvre dans le domaine de l'alimentation depuis une vingtaine d'années, estime que la viande volée, principalement des pièces de boeuf de bonne qualité, pourrait être liquidée chez de petits restaurateurs.

Il déplore également les pertes subies par les commerçants en raison de ce genre de vols, dans un marché déjà très compétitif. « Les marges de profits pour les marchés d'alimentation sont minces. [...] Ça gruge directement dans les profits du magasin », souligne-t-il.

Par ailleurs, il explique que les voleurs font preuve d'imagination. Par exemple, certains insèrent les emballages dans des manteaux doublés afin d'éviter qu'ils ne déclenchent le système de sécurité sonore à la sortie.

Selon lui, le phénomène existe depuis les années 1990 et ne s'est jamais essoufflé depuis.

Pas de vols organisés dans la région, selon la police

De son côté, la police de Gatineau affirme que les informations dont elle dispose ne permettent pas de déceler un problème de réseau de vols de viande dans la région. En 2012, 87 vols totalisant près de 7500 $ ont été répertoriés, des données qui n'inquiètent pas les autorités. Pour la majorité de ces vols, des personnes ont été arrêtées.

L'agent Jean-Paul Le May de la police de Gatineau invite d'ailleurs les commerçants à rapporter tous les vols dont ils sont victimes, afin que les données des autorités puissent refléter la réalité.