Tensions à la GRC : la sécurité de Stephen Harper aurait été à risque

Le reportage de Brigitte Bureau

Exclusif - Des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), qui assurent la protection du premier ministre, se plaignent de harcèlement et d'intimidation. Un document, dont Radio-Canada a obtenu copie, révèle que le climat est à ce point tendu au sein de cette escouade que la sécurité de Stephen Harper aurait été à risque.

Le premier ministre et sa famille comptent sur une escouade spéciale de la GRC pour assurer leur sécurité. Ce peloton de protection du premier ministre est composé de 117 employés à temps plein.

Une évaluation interne révèle de sérieux problèmes au sein de cette équipe.

Des agents de la GRC se plaignent de harcèlement, de discrimination et d'intimidation. Ils parlent d'un climat de peur et de tension.

Ils montrent du doigt le grand patron de l'escouade, le surintendant Bruno Saccomani.

Selon l'évaluation, certains agents sont si anxieux en sa présence qu'ils ne parviennent pas à se concentrer, compromettant ainsi la sécurité du premier ministre et de sa famille.

M. Saccomani, qui est en ce moment en voyage au Mexique avec Stephen Harper, n'a pas voulu commenter le rapport. De son côté, la direction de la GRC se fait rassurante.

« Nous travaillons avec lui, avec un coach, un mentor et nous avons un plan de perfectionnement très précis sur les comportements qui sont acceptables dans un milieu de travail. » — James Malizia, commissaire adjoint, responsable de la police de protection, GRC

La semaine dernière, la GRC a envoyé un sondage à tous ses employés pour savoir s'il y avait des changements, positifs ou non, depuis les dix dernières semaines. La GRC attend les résultats.

Par ailleurs, le rapport fait état d'un manque de ressources pour protéger le premier ministre, son épouse et leurs deux adolescents. Les agents travaillent de nombreuses heures supplémentaires pour pallier ce problème.

Les coûts de la sécurité sont d'ailleurs passés d'environ 11 millions de dollars en 2006, à plus de 18 millions en 2011.

D'après le reportage de Brigitte Bureau.