Arrestation musclée à Trois-Rivières : deux policiers congédiés

Le reportage de Carolyne Brochu

La Fédération des policiers-policières municipaux du Québec dénonce la décision du conseil municipal de Trois-Rivières de congédier deux policiers.

Le président de la Fédération des policiers-policières municipaux du Québec Denis Côté affirme que le conseil municipal aurait dû respecter la présomption d'innocence des policiers. 

Deux des quatre policiers de Trois-Rivières impliqués dans l'arrestation musclée d'Alexis Vadeboncoeur en février dernier, Marc-André Saint-Amand et Kaven Deslauriers, ont été licenciés.

Des images provenant de caméras de surveillance du cégep de Trois-Rivières montraient qu'Alexis Vadeboncoeur, qui venait de commettre un vol qualifié, s'était mis à plat ventre sur le sol d'un stationnement parce qu'il était encerclé de véhicules de police.

Des agents de la Sécurité publique de Trois-Rivières se sont dirigés vers lui et lui ont asséné des coups pendant près de trente secondes avant de le faire monter à bord d'un véhicule de police, pouvait-on voir sur les images.

Le jeune homme de 19 ans, cagoulé et armé d'un pistolet, s'était présenté, le 2 février dernier, dans une pharmacie du boulevard Des Récollets, à Trois-Rivières. Une poursuite policière s'en est suivie; elle a pris fin près du cégep de Trois-Rivières.

Devant le tribunal, Alexis Vadeboncoeur avait déclaré avoir été frappé à la tête et aux parties génitales.

Les quatre agents de la Sécurité publique de Trois-Rivières, soit les deux congédiés, Barbara Provencher et Dominic Pronovost, font face à sept chefs d'accusation chacun, dont voies de fait et entrave à la justice.

Leur procès a été reporté au 27 septembre prochain.

Mauricie en direct Afficher le fil complet

Facebook