Attentat à Trois-Rivières en 2010 : une personne arrêtée par la GRC

Perquisition au Collège Lionel-Groulx à Sainte-Thérèse
Le reportage de Maude Montembeault

La GRC a mené des perquisitions à Montréal, à Saguenay, dans l'arrondissement longueuillois de Saint-Hubert et dans les locaux de l'Association étudiante du Collège Lionel-Groulx à Sainte-Thérèse relativement à un attentat contre le centre de recrutement des Forces canadiennes à Trois-Rivières, en 2010. La GRC a aussi arrêté un suspect, un résident de la région des Laurentides. Ce dernier pourrait faire face à des accusations.

« L'arrestation a eu lieu mardi dans la région des Laurentides. On parle d'un homme qui a été arrêté, interrogé par nos enquêteurs et relâché dans la même journée de mardi. Étant donné que ce sont des perquisitions et une arrestation en cours d'enquête, il pourrait y avoir des accusations. Nos enquêteurs sont en train d'analyser la preuve et les documents qui ont été saisis lors de ces perquisitions qui ont eu lieu cette semaine en commençant lundi dans la région du Saguenay », explique le caporal Luc Thibault, du service des communications de la GRC.

Des agents de la GRC ont saisi des documents et du matériel informatique dans le local de l'Association étudiante du Collège Lionel-Groulx à Sainte-Thérèse. Ni les étudiants ni la direction de l'établissement ne savent pourquoi l'Association étudiante a été visée.

Le regroupement Initiative de résistance internationaliste avait revendiqué l'attentat.

Attentat contre le centre de recrutement des Forces canadiennes à Trois-Rivières, en 2010

Selon la GRC, ce regroupement aurait revendiqué trois attentats dans la province depuis le mois de décembre 2004. Le groupe aurait affirmé être responsable des actes de vandalisme commis sur un pylône d'Hydro-Québec en Estrie, en décembre 2004. En août 2006, le groupe aurait également revendiqué la responsabilité de l'explosion de la voiture d'un porte-parole de l'Institut canadien des produits pétroliers.

L'enquête pourrait mener à d'autres perquisitions, ainsi qu'à des arrestations et à des accusations criminelles, selon l'Équipe intégrée sur la sécurité nationale de la GRC, responsable de l'enquête.

Mauricie en direct Afficher le fil complet

Facebook