Les boissons énergisantes montrées du doigt

Le reportage de Mathieu Papillon

Le cri du coeur de la famille de Maxime Plourde, un Shawiniganais mort d'un arrêt cardiaque la semaine dernière, a été entendu.

Le jeune homme de 24 ans est mort le 12 février d'un arrêt cardiaque. Il souffrait d'une malformation cardiaque, mais sa famille montre surtout du doigt sa consommation de boissons énergisantes. Il en buvait une de grand format chaque jour depuis quatre ans.

Le propriétaire du dépanneur Le Rocher à Shawinigan connaissait bien Maxime Plourde. Le jeune homme venait acheter des boissons énergisantes à peu près tous les jours à son établissement. La nouvelle de sa mort lui a fait un choc.

À l'école secondaire du Rocher, où Maxime Plourde était l'entraîneur d'une équipe sportive, des conférences sont offertes aux jeunes pour les informer des risques associés aux boissons énergisantes.

L'automne dernier, l'Agence fédérale américaine de l'alimentation et du médicament (FDA) a recommandé de consulter un médecin avant de consommer des boissons énergisantes. La grande quantité de caféine dans ce type de produits est pointée du doigt pour certains décès, mais aucune étude n'a prouvé de lien cause à effet.

Populaires auprès des jeunes

Le Cégep de Trois-Rivières a retiré les boissons énergisantes de ses présentoirs en 2006. Sur consigne de la direction, on n'en trouve pas non plus dans les cafétérias de l'établissement.

« Nous nous sommes rendu compte que les boissons énergétiques étaient très populaires chez nos étudiants. Nous avons décidé de retirer ces produits-là de toutes nos machines distributrices. » — Daniel Tessier, coordonnateur, services aux étudiants, Cégep de Trois-Rivières

Dans la région

Selon l'Agence de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec, un pour cent des jeunes du secondaire consomment une boisson énergisante par jour.

La Coalition québécoise sur la problématique du poids demande toutefois au gouvernement du Québec d'intervenir dans le dossier des boissons énergisantes. Mardi, le député Léo Bureau-Blouin a soulevé en chambre l'idée d'imposer une taxe sur les boissons énergisantes.

En complément

Mauricie en direct Afficher le fil complet

Facebook