La peine de l'ex-entraîneur Graham James est prolongée

Graham James, à son arrivée au tribunal, pour le prononcé de sa peine le 20 mars 2012

La Cour d'appel du Manitoba a augmenté, vendredi, de deux à cinq ans la peine de prison de l'ancien entraîneur de hockey junior, Graham James, pour agressions sexuelles sur des hockeyeurs mineurs qu'il entraînait.

« La décision de la juge [ de première instance ] au procès était rigoureuse et réfléchie. Néanmoins, je dois conclure qu'elle s'est trompée », a écrit le juge Alan MacInnes au nom des trois juges formant le tribunal. 

En mars dernier, James a été condamné à deux peines de deux ans de prison, à purger simultanément, après qu'il eut reconnu avoir agressé sexuellement l'ex-étoile de la Ligue nationale de hockey Theoren Fleury et son cousin Todd Holt quand ils évoluaient dans la Ligue de l'Ouest.

La Couronne a porté la décision en appel en décembre et réclamait une peine de six ans pour l'accusé. Elle affirmait que le juge s'était trompé dans l'application des principes de détermination de la peine et avait accordé trop d'importance à la peine précédente infligée à l'ancien entraîneur de hockey.

En 1997, James avait écopé d'une peine de trois ans et demi de prison pour avoir agressé sexuellement l'ancien joueur de la LNH Sheldon Kennedy et deux autres hockeyeurs. Il avait été libéré en 2000 et avait ensuite disparu de la vie publique.

La cour se prononce sur la deuxième cause

Les cours d'appel s'ingèrent rarement dans les peines infligées par d'autres tribunaux. « Un tribunal d'appel ne devrait pas intervenir ni sur la durée de la peine ni sur le type de peine ordonnée, en l'absence d'une erreur de principe ou à moins que la peine soit manifestement inadaptée », peut-on lire dans la décision.

« La peine dans ce cas était très médiatique et impliquait des agressions sexuelles historiques envers deux jeunes victimes qui ont eu le courage de se manifester de nombreuses années après les faits », poursuit-il.

Lors de l'audience d'appel, la Couronne avait avancé que quatre ans aurait été une peine plus appropriée au regard de la nature des infractions.

L'avocat de Graham James, Eva Roitenberg, avait rappelé que la juge au procès avait pris en considération les 15 ans qui se sont passés entre la première condamnation de son client en 1997 et sa réinsertion ultérieure.

« C'est un jour merveilleux pour tous les survivants », a déclaré Theoren Fleury sur Twitter, juste après la publication de la décision de la Cour d'appel.

À lire également : Graham James condamné à deux ans de prison (20 mars 2012)