Le pape François succède à Benoît XVI

Manitoba : appui au souci du pape Benoit XVI pour sa santé

Le pape Benoît XVI  Photo :  AFP/VINCENZO PINTO

L'annonce par le pape Benoit XVI qu'il renoncera à ses fonctions le 28 février en a surpris plus d'un au Manitoba. Toutefois, tant hommes de foi que fidèles saluent la décision, qu'ils opposent à l'acharnement du dirigeant précédent de la foi catholique.

« Je suis absolument stupéfait », a exprimé l'archevêque de Winnipeg, Mgr James Weisgerber, lundi. « Cela vient de nulle part, mais connaissant le pape Benoit, je le respecte et je sais qu'il a mûrement réfléchi et a décidé que c'est dans le meilleur intérêt de l'Église. »

Mgr Weisgerber décrit le pape comme un gentleman, un homme d'une grande piété et un grand dirigeant. Son annonce crée un précédent et ouvre la porte à une fin de carrière moins éprouvante pour ses successeurs, croit l'archevêque, qui se souvient des derniers jours du pape Jean-Paul II, mort après une longue détérioration physique, sous les yeux de tous.

La dernière fois qu'un pontife a démissionné, c'était il y a 600 ans, souligne l'archevêque de Winnipeg. « Le fait que sa santé [de Benoit XVI] se détériore signifie, je crois, qu'il admet que les responsabilités du poste sont immenses », poursuit-il.

L'archevêque de Saint-Boniface, Monseigneur Albert LeGatt, pris en photo le 11 février 2013 à Winnipeg, au Manitoba. L'archevêque de Saint-Boniface, Mgr Albert LeGatt, pose pour la caméra lundi, une photo de Benoit XVI derrière lui.  Photo :  Claudine Richard

L'archevêque de Saint-Boniface, qui a rencontré le pape à Rome en 2006, juge qu'il s'agit d'une leçon d'humilité pour les prochains détenteurs du Saint-Siège.
« Je crois qu'il s'agit d'un geste de courage et aussi, de grande humilité. Je l'ai toujours beaucoup respecté, et ce respect demeure », a affirmé lundi Mg Albert LeGatt, qui dit avoir été impressionné par la présence, l'attention et la sagesse de Benoit XVI.

Le pape a justifié sa décision en évoquant sa santé déclinante et ses 86 ans qui approchent, en avril. Une fidèle de l'église St. Mary's à Winnipeg, Christine Delorme, juge qu'il est temps que l'homme de foi fasse attention à sa santé. « Laissons-le se reposer et relaxer. Il est vieux. Les prêtres quittent leurs fonctions bien avant cet âge. S'ils peuvent le faire, pourquoi pas le pape? », a-t-elle philosophé.

Manitoba en direct Afficher le fil complet

Facebook