Route forestière dans un parc : l'appel des environnementalistes est rejeté

Arbre abattu

La Cour d'appel du Manitoba a débouté la demande du Western Canada Wilderness Committee, qui demandait des clarifications au sujet de l'interdiction de la coupe forestière dans les parcs provinciaux, selon un communiqué de l'organisme environnemental.

L'organisme a mis en oeuvre des procédures judiciaires après que la province eut accordé en 2009 un permis de construction de route forestière dans le parc provincial Grass River à la compagnie Tolko, alors qu'elle y interdit la coupe forestière.

Les environnementalistes arguaient que pour construire une route, il faut couper du bois et que les perturbations environnementales causées par la coupe commerciale ou par la coupe d'arbres pour construire une route sont similaires. En mars 2012, la Cour du Banc de la Reine du Manitoba avait rejeté leurs arguments.

Le juge J. A. Steel de la Cour d'appel a lui aussi conclu dans son jugement du 31 janvier dernier que les objectifs d'abattre des arbres pour construire une route et de coupe forestière ne sont pas les mêmes. « L'objectif n'est pas la coupe forestière », a-t-il écrit.

Le Western Canada Wilderness Committee est déçu. « Nous avons pris le gouvernement au sérieux quand il a dit qu'il interdisait la coupe forestière dans les parcs, mais maintenant nous voyons vraiment jusqu'où va son engagement », déclare un porte-parole de l'organisme, Eric Reder, dans le communiqué.

Il demande que la province revoie ses lois pour mettre en place une interdiction réelle de la coupe dans les parcs provinciaux.

Manitoba en direct Afficher le fil complet

Facebook