La GRC affirme avoir mis fin aux Rock Machine au Manitoba

Descente de la police chez les Rock Machine au Manitoba

Avec sa plus récente frappe contre les Rock Machine, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) au Manitoba croit avoir sonné le glas pour cette bande de motards criminelle.

Jeudi, la police fédérale a fait l'étalage des fruits d'une impressionnante perquisition menée avec le Service de police de Winnipeg, lors d'une opération policière menée mercredi, dans le cadre de l'enquête Project DILEMMA.

Au cours de l'enquête, la GRC a notamment saisi 1800 comprimés de benzylpipérazine (un substitut à l'ecstasy), deux armes à feu et des munitions.

Mercredi, elle a aussi saisi 1,4 kg de cocaïne, 3,6 kg de marijuana, huit bâtons de dynamite, quatre armes à feu et des munitions, une Audi S5 2009, de l'argent comptant et de la marchandise à l'effigie des Rock Machine.  

En outre, la police a annoncé avoir arrêté et porté des accusations contre 11 personnes dans le cadre de cette opération, dont tous les membres en règle des Rock Machine au Manitoba ainsi que ceux qui se livraient au commerce de la drogue avec eux.

  • Six hommes de Winnipeg de 26 ans à 33 ans sont accusés de possession de produits de la criminalité et de trafic de cocaïne.
  • Trois Winnipégois et un homme de la municipalité rurale East St-Paul, membres des Rock Machine, font face à différentes accusations relatives au trafic de drogues ou d'armes et d'association à une organisation criminelle.
  • Un aspirant membre du groupe de motards de la municipalité rurale de St-Andrews fait quant à lui face à une accusation de possession d'armes et de bris de promesse.

La GRC dit qu'il est trop tôt pour le moment pour spéculer à savoir si d'autres groupes criminels tenteront de combler le vide laissé par les Rock Machine.