Froid arctique : des retards, des ralentissements et des heureux

Un employé du service de collecte des déchets de la Ville de Winnipeg est à l'oeuvre malgré le froid glacial, dans le quartier Saint-Boniface, le 22 janvier 2013. Un employé du service de collecte des déchets de la Ville de Winnipeg est à l'oeuvre malgré le froid, mardi, dans le quartier Saint-Boniface.  Photo :  Meaghan Ketcheson

Une masse d'air arctique continue de plonger le Manitoba dans des températures ressenties qui avoisinent les moins 40 degrés Celsius en matinée, mardi.

Plusieurs citoyens, mais aussi des services publics ont été touchés par la vague de froid qui affecte la province depuis la veille.

CAA Manitoba a enregistré un nombre record d'appels pour un survoltage ou un remorquage. L'organisme s'attendait, vers minuit, à avoir répondu à environ 1350 appels en un jour. Le record précédent, datant du 30 janvier 2008, était de 1125.

À Winnipeg, une douzaine de véhicules de Postes Canada n'ont pas démarré, à cause de la température, laissant environ 18 000 clients sans courrier. « Le plus étrange, c'est qu'ils [les véhicules] étaient branchés la nuit dernière, et malgré cela, ils n'ont pas voulu démarrer », s'est exprimé un porte-parole, John Caines.

La Ville de Winnipeg a prévenu lundi que la collecte des déchets et du recyclage sera possiblement ralentie pour le reste de la semaine. Le service a connu des retards lundi, car les employés ont droit à des pauses plus longues qu'à l'habitude, pour se réchauffer. En outre, le froid intense ralentit les systèmes hydrauliques des camions de ramassage et provoque des pannes, dit la Ville.

Elle rappelle d'ailleurs que ses installations municipales sont mises à la disposition des citoyens qui auraient besoin d'échapper au froid mordant, quelques instants.

Fait intéressant, on se réjouit de la froideur à l'Université du Manitoba. Son installation de recherche environnementale sur la glace de mer a besoin de ce genre de température pour produire cette glace. Le chercheur Feiyue Wang explique que son équipe étudie comment se forme et fond cette glace, afin de mieux comprendre les changements climatiques.

On retrouve d'autres heureux chez les agences de voyages. Une agente de Winnipeg, Laura Forrest, fait valoir que ses ventes ont augmenté de 10 % comparativement à la semaine dernière.

Mme Forrest attribue cette hausse au besoin désespéré de certains Manitobains transis par le froid de chercher de la chaleur dans le sud. « Le téléphone ne dérougissait pas aujourd'hui (lundi). Des gens qui voulaient savoir quels sont les prix disponibles », a-t-elle indiqué.