Phoenix Sinclair : route tortueuse d'une enquête publique

Phoenix Sinclair : un témoin avait offert d'être tuteur légal

Diva Faria témoigne à la commission d'enquête sur les circonstances entourant la mort de Phoenix Sinclair, le 21 janvier 2013 à l'hôtel Fort Garry à Winnipeg. Diva Faria a ratifié la fermeture du dossier de Phoenix Sinclair en mars 2005.

Un témoin a affirmé devant la Commission d'enquête sur les circonstances entourant la mort de Phoenix Sinclair qu'il avait offert à la mère de l'enfant d'en être le tuteur.

Le témoin numéro 10, dont l'identité et le genre sont protégés par la Commission, est un membre de la famille de l'enfant. Il s'occupait parfois de la fillette et a déclaré à la commission du juge Ted Hugues que la mère biologique, Samantha Kematch, était violente avec sa fille, surtout psychologiquement, et que son copain, Karl Wesley McKay, était aussi violent avec elle.

Le témoin n'a toutefois jamais vu de marques sur le corps de Phoenix, a-t-il affirmé lundi, en audience publique à Winnipeg.

Selon lui, l'enfant était timorée et recluse en présence de sa mère, alors qu'elle devenait enjouée lorsque celle-ci n'était pas là. Il a demandé à Mme Kematch d'obtenir la garde de Phoenix de façon permanente, sans aide financière, mais ne l'a pas obtenue.

Il a vu l'enfant pour la dernière fois au printemps 2004. Il a affirmé à la commission s'être enquis du bien-être de l'enfant auprès de la mère, mais aussi des services sociaux, en août 2005. On a refusé de lui divulguer des informations, sous prétexte qu'il est membre de la famille par alliance.

On saura plus tard, après la découverte du corps de l'enfant de cinq ans en 2006, qu'elle était déjà morte à cette époque. Le témoin numéro 10 a affirmé avoir appris la mort de la petite en lisant le journal.

Une superviseuse défend de nouveau sa décision

Pour sa part, la superviseure des services sociaux manitobains qui a ratifié la fermeture du dossier de Phoenix Sinclair a dû affronter un contre-interrogatoire serré, plus tôt lundi. Diva Faria poursuivait le témoignage qu'elle a commencé la semaine dernière devant la commission.

L'avocat du père biologique et de l'ancienne mère d'accueil de Phoenix Sinclair, Jeff Gindin, a demandé à Mme Faria pourquoi elle a ordonné la dernière fermeture du dossier, alors que deux travailleurs sociaux envoyés chez la mère biologique de l'enfant n'avaient pas vu la petite. Ils devaient vérifier si des allégations de mauvais traitements lancées contre Samantha Kematch, étaient fondées.

La petite Phoenix Sinclair a été tuée par sa mère, Samantha Kematch, et son compagnon, Karl McKay, en 2006. La petite Phoenix Sinclair a été tuée par sa mère, Samantha Kematch, et son compagnon, Karl McKay, en 2006.  Photo :  Commission d'enquête

Mme Faria a maintenu que le cas n'était pas admissible à un transfert à l'unité d'accueil des CFS, d'après les informations inscrites au dossier par ses deux employés.

Elle a aussi déclaré que la charge de travail en décembre 2005 dans son service atteignait 50 cas par travailleur social, alors qu'il est recommandé d'en avoir une dizaine. Mme Faria investissait entre 15 et 30 minutes par dossier, a-t-elle dit, ajoutant qu'à cause de cette surcharge, elle fermait parfois des dossiers sans connaître tous les faits.

 Selon elle, les signaux d'alerte qui n'ont pas été vus à l'époque par les services sociaux provinciaux pourraient être décelés aujourd'hui, grâce aux nouvelles façons de faire. Avec l'historique de négligence qu'avait connu l'enfant, l'évaluation globale du risque qu'auraient menée les CFS de nos jours serait élevée, a affirmé Mme Faria.

Le dossier de Phoenix Sinclair a été définitivement fermé en mars 2005. Peu de temps après, Samantha Kematch et son copain, Karl Wesley, ont quitté Winnipeg et se sont installés dans la réserve de Fisher River. Phoenix y est morte à l'été, des suites de mauvais traitements. Sa mère et son beau-père ont été reconnus coupables de son meurtre prémédité en 2008.

En complément

  • phoenix sinclair : route tortueuse d'une enquête publique
    dossier -  Phoenix Sinclair : route tortueuse d'une enquête publique En mars 2006, les restes de la petite Phoenix Sinclair sont retrouvés près du dépotoir de la réserve Fisher River. Six ans plus tard, la commission d'enquête sur les circonstances de sa mort commence à entendre les témoins.

Manitoba en direct Afficher le fil complet

    Facebook