Un journal local soulève un tollé avec un éditorial jugé raciste

Caricature parue dans le journal local de Morris, au Manitoba, dans son édition du 4 janvier 2013. La première version de cette caricature est parue dans l'édition du 4 janvier 2013 du journal de Morris.

Le maire de la ville de Morris est furieux à propos de ce qu'il qualifie de commentaire raciste concernant le peuple autochtone paru dans la dernière édition du journal communautaire.

« Je suis sous le choc et consterné que quelqu'un puisse écrire quelque chose comme cela et penser que c'était juste et acceptable de le dire », a déclaré le maire Gavin van der Linde.

Les propos du rédacteur en chef du Mirror de Morris, Reed Turcotte, dans son éditorial ont soulevé l'ire de plus d'une personne.

Dans le texte publié, il était écrit notamment que les demandes des Autochtones sont irréalistes. « Dans certains cas, les Autochtones agissent comme des terroristes dans leur propre pays. Les Indiens/Autochtones veulent tout, mais la corruption et la paresse empêchent certains d'entre eux de travailler pour cela », peut-on lire dans l'éditorial.

Sur la même page, un dessin dépeint une personne traditionnelle des Premières Nations, tenant dans ses mains un petit feu de camp, qui envoie des signaux de fumée.

La légende de la caricature indique : « Avant qu'ils soient partiellement éliminés par les maladies des hommes blancs, les Indiens canadiens avaient une société extrêmement évoluée bâtie autour d'une forme de paganisme et du premier téléphone cellulaire au monde ».

M. Turcotte, qui révèle avoir reçu environ 37 demandes d'organes de presse de toute l'Amérique du Nord, s'est depuis excusé. Il affirme qu'une édition spéciale du journal sera publiée vendredi.

Le maire de Morris, situé à quelque 70 km au sud de Winnipeg, estime que les excuses du rédacteur en chef sont maigres et insignifiantes.

« Si vous vous excusez, vous le faites et c'est tout. Vous n'avez pas à revenir sur vos propos et à tenter de justifier votre opinion », souligne Gavin van der Linde.