L'abolition de Katimavik fait mal au Festival du Voyageur

Le reportage de Jacques Marcoux

À moins de deux mois du Festival du Voyageur, les organisateurs tentent de recruter 200 bénévoles de plus pour combler le vide laissé par les participants de Katimavik.

Le programme fédéral a été aboli plus tôt cette année.

Le Festival du Voyageur est la plus grande célébration hivernale de l'Ouest canadien. Plus de 100 000 personnes participent chaque année à ce festival d'hiver qui compte énormément sur l'apport de bénévoles.

Selon la directrice générale du Festival, Ginette Lavack-Walters, les bénévoles effectuent entre 5000 et 6000 heures de travail lors des 10 jours de l'évènement, qui aura lieu cette année du 15 au 24 février.

Mais la 44e édition du Festival est à court de bénévoles en raison de la suppression du financement du programme Katimavik annoncé le printemps dernier. « C'est un des groupes de bénévoles sur lequel on comptait chaque année. Ça fait depuis, je crois, le tout début du Festival qu'on avait des bénévoles de Katimavik qui travaillaient avec nous », précise Ginette Lavack-Walters.

La coordonnatrice des bénévoles du festival, Karen San Filippo, intensifie ces jours-ci ses efforts de recrutement. Selon elle, il faudra près de 200 bénévoles à temps partiel pour combler le vide, puisque les quelque trente membres de Katimavik contribuaient chacun, en moyenne, à 40 heures de travail par semaine.

L'équipe organisatrice est toutefois optimiste, et estime qu'elle trouvera suffisamment de personnes pour assurer la bonne tenue de l'évènement.

Manitoba en direct Afficher le fil complet

Facebook