Production de sirop d'érable : le réchauffement climatique devrait réduire le rendement

Cabane à sucre à Saint-Armand Cabane à sucre  Photo :  ©JoanieLavoie

Une étude du ministère des Ressources naturelles démontre que le réchauffement climatique risque d'avoir un impact sur le volume de production de sirop d'érable.

Pour que le volume se maintienne, l'érable à sucre devra s'adapter au changement.

Dans la Vallée de la Matapédia, Renaud Gagné et sa femme Huguette exploitent une érablière depuis 1999. Les producteurs soutiennent qu'il faut maintenant entailler beaucoup plus d'érables pour produire la même quantité de sirop qu'auparavant.

« Depuis je dirais une dizaine d'années, on s'aperçoit que le rendement des érables a diminué. On a beaucoup de difficulté à atteindre une moyenne à l'entaille qu'on disait bonne à trois livres, trois livres et quart », indique Renaud Gagné.

Sirop d'érable La récolte vaviera avec les saisons

Selon Louis Duchesne, de la Direction de la recherche forestière au ministère des Ressources naturelles, la situation risque de s'aggraver avec les années. Selon elle, le réchauffement force les érables à s'adapter peu à peu, ce qui explique les coulées hâtives de sève.

« Ce déplacement de la saison de coulée aura des impacts à la fois sur les opérations, mais probablement aussi sur le rendement escompté à chacune des saisons », précise Louis Duchesne.

Cette baisse de rendement serait de 15 % % en 2050 et de 22 % en 2090. M. Duchesne souligne que le froid hivernal est une grande préoccupation puisqu'une succession de gel et de dégel est essentielle pour assurer la production.

Les 760 producteurs acéricoles de la région de l'Estrie produisent 15 % des 96 millions de livres de sirop d'érable produites annuellement au Québec.

Estrie en direct Afficher le fil complet

Facebook