Drame de Newtown : la famille estrienne de Lauren Rousseau en deuil

Entrevue avec Gilles Rousseau

Quatre jours après la tuerie de Newtown, au Connecticut, la douleur demeure vive dans les familles qui doivent maintenant composer avec la perte d'un être cher. C'est le cas d'un Estrien, Gilles Rousseau, et de sa famille. La fille de M. Rousseau, Lauren, enseignante à l'École Sandy Hook depuis la dernière rentrée scolaire, a été tuée vendredi.

Elle était enseignante suppléante à cette école. Selon M. Rousseau, elle changeait de classe chaque jour et pour cette raison, elle n'avait pas de clé pour verrouiller la porte de son local.

Après avoir tué la directrice et la psychologue de l'école, Adam Lanza aurait jeté son dévolu sur Lauren Rousseau. « D'après ce que j'en sais, il est entré dans sa classe et l'a tuée en premier pour ensuite tirer les 16 enfants », raconte Gilles Rousseau.

Le père a voulu voir le corps de sa fille. Les autorités ont refusé de répondre à sa demande. « On m'a dit que ce n'était pas croyable. Que la plupart des victimes avaient été tirées deux à trois fois dans le visage. Ce sont des cartouches très fortes qui sont passées au travers des murs de l'école. Trois balles ont atteint la voiture de Lauren », précise-t-il.

Malgré tout, M. Rousseau soutient qu'il va bien, qu'il est bien soutenu dans cette épreuve. « La peine va venir après les funérailles, quand on va se retrouver seuls. Là, je vais penser plus et je vais pleurer plus souvent. »

Gilles Rousseau est le deuxième père d'une victime à témoigner de la tragédie.

Famille estrienne

Sept oncles et tantes de l'enseignante sont originaires de l'Estrie. Plusieurs résident encore au Québec.

François et Colette Rousseau ont appris qu'il y avait une fusillade dans l'école où enseignait leur nièce en écoutant RDI. Après des heures d'angoisse, ce n'est que le samedi matin que la confirmation du décès est arrivée.

« Elle se trouvait au mauvais endroit, au mauvais moment. Le destin est spécial. Elle avait eu un poste en début d'année. Ça faisait plusieurs années qu'elle attendait ce poste. Elle était très travaillante. Elle cumulait plusieurs postes depuis longtemps. Lauren était une femme douce, qui aimait les enfants », explique sa tante, Colette Rousseau.

Dès lors, toute la famille de Lauren Rousseau s'est organisée pour se rendre à ses funérailles, jeudi. Ils quitteront le Québec mercredi matin. « Ce n'était même pas une question. Dès qu'on a su le jour des funérailles, nous avons réservé notre hôtel. Il faut absolument être là. C'est important. Je ne pouvais pas manquer ses funérailles. C'est important pour ceux qui restent. Faut être là. Son père a besoin de ses frères et ses soeurs », soutient François Rousseau.

Estrie en direct Afficher le fil complet

Facebook