Opération policière d'envergure contre le trafic de drogue en Estrie

Détail d'une voiture de la Sûreté du Québec Détail d'une voiture de la Sûreté du Québec (archives)  Photo :  PC/Peter McCabe

Plusieurs dizaines de policiers ont été déployés peu après l'aube, jeudi, en Estrie, afin de s'attaquer à des criminels soupçonnés d'oeuvrer dans la production et le trafic d'un type de stupéfiant particulier, le MDPV, couramment appelé sels de bain.

Les quelque 125 agents de l'Escouade régionale mixte de l'Estrie, regroupant des membres de la Sûreté du Québec (SQ) et de corps policiers municipaux, sont munis de 18 mandats de perquisition. Seize personnes sont visées par leur enquête, dont la tête dirigeante du réseau de production de comprimés de cette drogue.

Les perquisitions ont principalement lieu dans la région de Granby, mais d'autres localités sont visées. Selon les hypothèses des policiers, le réseau aurait produit quelque 20 000 comprimés de MDPV par semaine dans un laboratoire clandestin situé à Sainte-Christine.

Des perquisitions ont aussi lieu à Shefford et à Sherbrooke.

Le 26 septembre dernier, le gouvernement du Canada annonçait qu'il était dorénavant interdit de posséder, d'importer et de trafiquer le MDPV, un ingrédient actif qui entre dans la composition de ce qui est appelé sels de bain.

Le MDPV ressemble aux sels de bain parfumés, en effet, mais il est consommé pour ses effets psychotropes. Il peut avoir pour effet de sévères crises d'anxiété, des psychoses et des hallucinations.

La Sûreté du Québec signale que cette drogue est peu dispendieuse à fabriquer.

Le MDPV fait dorénavant partie de la même catégorie de drogues que l'héroïne et la cocaïne.

Estrie en direct Afficher le fil complet

Facebook