Québec ira de l'avant

Claude Béchard

Le gouvernement Charest approuve le projet de développement récréotouristique du Mont-Orford élaboré par le groupe de travail sur le Mont-Orford et approuvé mardi par le conseil de la MRC de Memphrémagog.

Le ministre de l'Environnement, du Développement durable et des Parcs du Québec, Claude Béchard, estime que le consensus régional a été atteint, puisque 15 des 17 maires de la MRC ont approuvé le projet. « Je pense qu'il y a là un large consensus régional qui a été créé [...] C'était le mandat de la MRC, et je pense qu'on y est arrivé grâce à l'expérience de M. Nicolet », a-t-il dit.

Le gouvernement accepte donc la proposition du groupe de travail présidé par le préfet Roger Nicolet. Ce rapport recommande à Québec de transformer la station de ski en un centre de villégiature quatre saisons qui serait doté d'un complexe hôtelier de 750 unités d'hébergement, la plupart construites sur les terrains des stationnements actuels. Le projet inclurait également une auberge construite sur le flanc ouest du mont Giroux ainsi que des boutiques, des restaurants et des salles d'exposition.

Selon le rapport, seuls les terrains nécessaires au développement immobilier, soit environ 80 hectares, seraient vendus et exclus du domaine public. Le groupe recommande en effet que la montagne, le domaine skiable et le terrain de golf, une fois privatisés, redeviennent propriété publique, en obligeant le promoteur à les revendre pour la somme symbolique de 1 $.

Le ministre de l'Environnement estime qu'un consensus a été atteint sur le projet de développement récréotouristique du comité Nicolet et approuvé par les maires de la MRC de Memphrémagog.

Appels d'offres calqués sur la proposition

Le gouvernement Charest calquera son appel d'offres sur le scénario soumis par les élus de la région. Le ministre affirme aussi que les appels d'offres publiques seront lancés à l'échelle internationale entre le 15 octobre et le 15 novembre pour trouver un promoteur privé pour réaliser le projet. Il fixera un prix minimum situé entre 10 et 20 millions de dollars. Claude Béchard dit avoir bon espoir qu'un promoteur privé montre de l'intérêt pour le projet.

Le ministre Béchard a également indiqué que le gouvernement maintenait sa promesse de doubler la superficie du parc du Mont-Orford. En avril dernier, le gouvernement Charest a indiqué vouloir acheter plus de 5500 hectares, pour porter la superficie totale du parc à 10 000 hectares.

Le ministre Béchard a annoncé que le gouvernement entamera un processus d'expropriation à l'endroit de la compagnie forestière Grief, qui possède une grande partie des terrains qu'il convoîte. D'autres propriétaires pourraient également être expropriés.

Investissements gouvernementaux

Le ministre Béchard n'est pas en mesure de dire combien d'argent le gouvernement du Québec investira dans le projet récréotouristique, mais affirme qu'une aide pourra être apportée dans le cadre de programmes gouvernementaux existants. Il a aussi affirmé qu'il existe déjà des précédents dans ce domaine. Le ministre a mentionné le développement du Massif de la Petite Rivière Saint-François, dans Charlevoix, un projet dans lequel Québec injectera 25 millions de dollars.

Mardi, seulement deux maires, soit celui de Stukely-Sud, Gérald Allaire, et celui du Canton d'Orford, Pierre Rodier, se sont opposés au projet. M. Rodier estime que la décision était prévisible. Il remet en cause la légitimité du vote, car il croit que les maires auraient dû consulter leurs électeurs avant d'approuver le rapport.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.