Le milieu socio-économique de Port-Cartier dit non à la fusion des centres de santé

La population en colère

La mairesse de Port-Cartier, Laurence Méthot, des représentants de la Fédération de l'âge d'or du Québec (FADOQ) et le milieu socio-économique ont signifié leur désaccord à la fusion éventuelle des centres de santé lors d'une conférence de presse jeudi.

La fusion du Centre de santé et des services sociaux (CSSS) de Port-Cartier avec celui de Sept-Îles n'est pas une option, d'après la mairesse de Port-Cartier.

« On n'est pas des citoyens de deuxième rang. À Port-Cartier, on a le droit à la dignité comme partout en province. On veut garder notre autonomie.  » — Laurence Méthot, mairesse de Port-Cartier

Pour sa part, le président de la Chambre de commerce, Jean-Marie Potvin, croit qu'une diminution de services aurait aussi des répercussions sur l'économie puisqu'un centre de santé permet d'attirer les grandes entreprises.

« Les grandes entreprises sont en opération 7 jours par semaine, 24 heures par jour. Pour elles, c'est très important d'avoir un accès aux services d'urgence et à la santé rapidement », indique-t-il.

Pour montrer leur appui, plus de 150 personnes se sont déplacées à Port-Cartier pour assister à la conférence de presse.

Rappelons qu'un processus de fusion avait avorté en 2004 à Port-Cartier.

Est du Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook