Côte-Nord : 5 millions pour exploiter des terres rares

Carte du projet Kwyjibo Carte du projet Kwyjibo

La Société québécoise d'exploration minière (SOQUEM) et son partenaire, Focus Graphite, doubleront leur investissement en 2013 sur la propriété Kwijibo, située à 120 km au nord-est de Sept-Îles.

Le site localisé à seulement 30 km du chemin de fer de Rio Tinto contient du cuivre, du fer, de l'apatite et de l'or. Toutefois, ce sont les promesses d'exploitation de terres rares qui amèneront les deux entreprises à investir 5 millions sur leur propriété cet été.

La découverte de Kwijibo remonte à 20 ans, juste avant la frénésie pour le cuivre du lac Vollant. Tout le secteur est tombé dans l'oubli. À la fin des années 2000, la Chine a refusé d'exporter ses terres rares. La SOQUEM a donc rouvert ses livres, et Focus a suivi.

De 5000 à 6000 mètres de forages sont prévus à l'été pour confirmer l'étendue de la faille où se trouve le gisement. La capacité industrielle de les isoler sera ensuite testée en laboratoire. Celui qui dirige les recherches pour la SOQUEM, l'ancien géologue résident de la Côte-Nord Serge Perreault explique que les tests métallurgiques visent à maximiser la récupération des minéraux contenus dans le sol.

Serge Perreault rappelle que les terres rares sont liées au développement des énergies vertes comme l'éolien ou l'énergie solaire. « Et elles vont être de plus en plus demandées à moyen et long terme », souligne le géologue.

Une trentaine de personnes ont assisté mercredi soir à la présentation, qui était organisée par l'Institut canadien des mines, section du nord-est.