Pétrolia : Forages controversés à Gaspé

Pétrolia estime avoir l'appui d'une majorité de Gaspésiens

Le président de Pétrolia, André Proulx, soutient que l'ensemble des Gaspésiens est contre le règlement adopté par la Ville de Gaspé pour protéger les sources d'eau potable.

andre-proulx-petrolia Le président de Pétrolia, André Proulx  Photo :  src

Toujours aussi déterminé à contester la validité du règlement de Gaspé devant les tribunaux, M. Proulx, croit que de nombreux Gaspésiens n'ont pas digéré l'adoption de cette réglementation et qu'ils entendent demander au maire de Gaspé, François Roussy, de la retirer. Ce mouvement prend de l'ampleur à Gaspé, fait valoir le président de Pétrolia.

D'après André Proulx, il y aurait quelque 500 personnes, voire un millier, prêtes à se rendre au conseil municipal pour poser des questions. Les gens d'affaires, ajoute-t-il, s'opposent à des règles qui semblent bloquer tout développement industriel en Gaspésie.

Une manifestation pour le projet de Pétrolia était prévue lundi matin, dans les rues de Gaspé. Elle a été annulée en raison du mauvais temps.

Le président de Pétrolia dénonce d'ailleurs le règlement qui interdit tout forage à 10 km d'une source d'eau potable. « Ça veut dire que vous ne pouvez plus faire de forage pour vos puits artésiens, pour votre géothermie. Je ne crois pas qu'il y ait là beaucoup de compétences en hydrogéologie là-dedans », fait-il valoir.

Toujours ouvert aux discussions

André Proulx se dit prêt à s'asseoir avec la Ville de Gaspé si cette dernière retire son règlement. M. Proulx croit que les deux parties, qui n'ont pas de contacts actuellement, pourraient parvenir à un accord. « On est prêt à ne pas recommencer notre forage tant qu'ils n'auront pas eu des études », avance le président de Pétrolia.

Ce dernier estime que la réglementation de Gaspé ne s'appuie d'ailleurs sur aucune étude. Au contraire de Pétrolia, souligne M. Proulx, dont les études commandées à l'INRS confirment qu'il n'y a aucun risque de la contamination de la nappe phréatique. « Ça [NDLR la réglementation de Gaspé] été fait comme si on courait après le bonhomme Sept-Heures, est-ce qu'on peut arrêter de gérer l'industrie de cette façon-là et s'appuyer sur des ressources professionnelles? », demande la PDG de Pétrolia.

D'après Pétrolia, le maire de Gaspé a reçu toutes les réponses du gouvernement et de l'INRS à propos de leurs inquiétudes sur la contamination de la nappe phréatique.

Est du Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook