Une session parlementaire axée sur les ressources naturelles

L'Assemblée nationale du Québec L'Assemblée nationale du Québec

Les ressources naturelles seront au coeur des travaux de la prochaine session parlementaire qui s'amorcent cette semaine

Plusieurs régions du Québec auront les yeux tournés vers l'Assemblée nationale au cours des prochaines semaines puisque les ressources naturelles seront au coeur des travaux de la session parlementaire qui s'amorce.

La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet

Le gouvernement Marois a fait part de son intention de présenter entre autres un nouveau projet de loi sur les mines et de consulter la population sur une nouvelle politique énergétique. Pour sa part, la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet organisera un forum sur les redevances minières. La ministre doit aussi mettre en place un nouveau régime forestier.

De plus, le Québec est divisé sur l'exploitation pétrolière qui devrait aussi occuper une bonne part du débat sur l'exploitation des ressources naturelles.

Selon le président du Conseil du patronat du Québec, Yves Thomas Dorval, la question de l'exploitation des hydrocarbures n'est pas de savoir s'il faut aller de l'avant, mais comment le faire correctement. « Ce n'est pas, poursuit M. Dorval, d'offrir du financement. L'idée, c'est d'offrir un cadre règlementé, un cadre social, une politique qui fasse en sorte que les investisseurs soient les bienvenus. »

Préoccupations environnementales

L'environnementaliste Jacques Gélineau, qui milite pour Québec Solidaire dans la région de Sept-Îles, estime que Québec doit permettre l'exploitation minière, mais seulement si les communautés touchées en tirent des bénéfices. Le tout doit aussi se faire en respectant l'environnement.

Jacques Gélineau croit par ailleurs que Québec ne devrait pas soutenir l'exploitation pétrolière. Il se montre pessimiste quant aux intentions du gouvernement sur la politique énergétique. « Je ne m'attends à rien de ce parti-là, sauf peut-être qu'il lance l'électrification des transports parce que les défis de l'avenir c'est ça lorsqu'on parle de réchauffement climatique », commente M. Gélineau.

Volonté politique

Pétrolia à Gaspé Pétrolia à Gaspé

Toutefois, le député de Rivière-du-Loup et critique de l'opposition officielle en matière de ressources naturelles, Jean D'Amour, dénonce l'inaction du gouvernement Marois en matière de développement pétrolier et minier.

Le député a d'ailleurs des doutes sur les véritables intentions du gouvernement. « Le secteur lié aux mines, le gouvernement n'en veut pas, croit Jean D'Amour, on nous parle d'un forum qui est à venir dans les prochaines semaines, d'un éventuel dépôt de projet de loi. La session va s'entamer, va se dérouler et on va se retrouver au mois de juin. Je pense que le gouvernement n'a pas de réelle intention sur le sujet. »

Le député du PLQ Jean D'Amour Le député du PLQ Jean D'Amour

Jean D'Amour rappelle que le Parti québécois n'a pas jugé bon d'adopter le projet de loi sur le développement minier déposé l'automne dernier par les libéraux. Il presse aussi la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, d'agir rapidement pour rassurer les investisseurs.

Le politicologue Jean-Claude Simard croit d'ailleurs que le statut minoritaire du gouvernement ne devrait pas l'empêcher d'agir puisque les libéraux sont à la recherche d'un chef. « Le gouvernement peut dormir sur ses deux oreilles jusqu'à l'automne », pense M. Simard.

Une majorité de Québecois serait en faveur de l'exploitation des ressources naturelles.

Est du Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook