Îles-de-la-Madeleine : pour une commission fédérale sur l'exploitation pétrolière

Iles-de-la-madeleine, durant l'hiver Iles-de-la-madeleine, durant l'hiver  Photo :  Jean-François Deschênes

À la suite du dépôt du rapport du commissaire à l'Environnement, Scott Vaughan, le maire des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, réitère sa demande à Ottawa pour la tenue d'une commission fédérale sur l'exploitation pétrolière dans le golfe.

Une première demande déposée par les Îles-de-la-Madeleine a été refusée par le gouvernement fédéral à l'automne 2011.

Avec le gisement Old Harry, situé au large des Îles, les Madelinots sont aux premières loges du débat sur le développement du potentiel gazier et pétrolier dans le golfe. Pour le maire des Îles, le rapport de Scott Vaughan est « un rappel intéressant qui nous dit essentiellement qu'on ne joue pas avec le feu. »

Le rapport, poursuit le maire Arseneau, vient nous dire qu'on devrait commencer par la base : « Avant, comme certains le font dans l'actualité, de se diviser les sommes et les revenus tirés des redevances de l'exploitation pétrolière, on devrait se demander si on est en mesure de le faire correctement.  »

Les représentants de la communauté madelinienne se sont plusieurs fois prononcés pour un moratoire sur l'exploitation et l'exploration des hydrocarbures ainsi que pour une approche de précaution dans le golfe pour tous les projets pétroliers et gaziers.

Le rapport du commissaire à l'environnement Scott Vaughan publié mardi préconise la même approche. « Ne jouons pas à l'apprenti sorcier, commente le maire des Îles-de-la-Madeleine, il faut savoir si on a la capacité de gérer un déversement, si on la capacité de compenser les communautés côtières. »

Joël Arseneau souligne que l'économie de ces communautés repose beaucoup sur le tourisme et la pêche, deux secteurs qui pourraient être fortement touchés advenant une marée noire. La pêche dans le golfe, rappelle M. Arseneau, est une industrie de 1 milliard de dollars.

Est du Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook