Assurance-emploi : lourdes conséquences pour les Îles-de-la-Madeleine

Construction aux Îles-de-la-Madeleine Construction aux Îles-de-la-Madeleine

La réforme de l'assurance-emploi risque de laisser l'économie des Îles-de-la-Madeleine en bien piètre état. Le ralentissement économique déjà prévu pour les prochaines années pourrait ainsi s'accélérer.

Les questions se bousculent dans la tête de l'aide-pêcheur Stéphane Hébert et de sa conjointe, Annick Doyle, tous deux bénéficiaires de l'assurance-emploi. Comment pourront-ils payer les factures? Est-ce que quitter l'archipel serait la solution? « Il n'y a personne qui va acheter notre maison », laisse tomber Annick Doyle. « Tout le monde s'en va », ajoute-t-elle.

stephane-hebert-doyle Stéphane Hébert et de sa conjointe, Annick Doyle

Cette crainte de l'exode des familles vers le continent, c'est ce que craint le maire des Îles, Joël Arseneau. Une émigration massive accentuerait le ralentissement économique qui s'annonce et trop de maisons à vendre créeraient une chute de leur valeur.

À peine une quarantaine de nouveaux bâtiments ont été construits aux Îles dans la dernière année, un faible nombre par rapport aux dernières années.

« Ce que l'on veut éviter à tout prix, c'est de tomber à 25 ou à zéro et entraîner un effondrement du marché. Que les maisons soient mises en vente sur le marché et que ça entraîne ce qui pourrait ressembler à un effondrement. » — Joël Arseneau, maire des Îles-de-la-Madeleine

Le directeur de la gestion des avoirs de la Caisse populaire des Ramées, Benoît Cormier, estime que l'impact de la réforme de l'assurance-emploi, combiné aux difficultés économiques des Îles, sera majeur.

Ce qu'il faut pour relancer une économie déficiente, explique-t-il, ce sont d'importants projets de construction d'infrastructures. Aucun projet ne permet actuellement d'assurer une telle relance sur l'archipel.

Pour les élus comme les gens du milieu des affaires, la création de programmes spéciaux par le gouvernement aux Îles-de-la-Madeleine représente une solution.

Ils estiment que c'est ce qui a pu sauver les Madelinots lors des moratoires des pêches et la crise de l'assurance-chômage des années 1990. Les Îles ont par la suite vu l'achalandage touristique exploser et plusieurs petites entreprises prendre leur envol.

D'après le reportage de Jean-François Deschênes

Est du Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook