Pétrolia : Forages controversés à Gaspé

Gaspé vs Pétrolia : le règlement municipal est valide, selon Québec

Québec reconnaît la validité du règlement municipal de Gaspé
Le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet, le ministre des Régions, Gaétan Lelièvre et le maire de Gaspé, à la sortie de la rencontre sur la réglementation de Gaspé contre les forages et la protection de l'eau potable. Le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet, le ministre des Régions, Gaétan Lelièvre et le maire de Gaspé, à la sortie de la rencontre sur la réglementation de Gaspé contre les forages et la protection de l'eau potable.  Photo :  Jean-Luc Blanchet

Québec reconnaît la validité du règlement municipal de Gaspé pour protéger l'eau potable de l'exploration et de l'exploitation pétrolières ou gazières.

Le ministre québécois de l'Environnement, Yves-François Blanchet, et celui des régions, Gaétan Lelièvre ont rencontré, en matinée jeudi, le maire de Gaspé, François Roussy, pour discuter de la position de la Ville sur les forages que Pétrolia entend entreprendre dans le quartier Haldimand.

« J'avais dit et je réitère que je reconnais la légitimité et la nécessité de l'intervention du conseil municipal de la Ville de Gaspé », a lancé le ministre Blanchet après la rencontre.

Par ailleurs, le ministre de l'Environnement et le ministre des Régions se sont tous deux montrés optimistes. Ils croient que les parties parviendront à trouver un terrain d'entente.

En décembre dernier, la Municipalité a adopté une réglementation sur la protection de l'eau potable, qui encadre strictement le forage pétrolier ou gazier dans les limites de la Ville. Les ministres admettent qu'ils n'ont toujours pas reçu l'avis juridique du ministère des Affaires municipales sur la préséance de la Loi sur les mines sur la réglementation municipale.

« L'enjeu, a commenté Yves-François Blanchet, est de ne pas régler la situation strictement en invoquant des avis juridiques et des contre-avis juridiques. L'enjeu est de trouver une solution consensuelle, une solution qui va convenir à la communauté, une solution qui sera le plus favorable possible aux intérêts commerciaux et au développement de la filière pétrolière. »

Les ministres ont déclaré qu'ils souhaitaient toutefois se donner plus de temps pour régler l'impasse entre la Ville et Pétrolia.

Le ministre Blanchet rappelle par contre que la solution passe par certaines conditions : « Cela dit, de mon point de vue de ministre de l'Environnement, il y a des frontières à ne pas franchir. »

Interrogée à propos de cette rencontre, la première ministre Pauline Marois a ajouté que son gouvernement ne souhaitait pas rouvrir de débats inutiles. « Nous allons regarder si scientifiquement et socialement il y a des vrais problèmes », a déclaré Pauline Marois. Cette dernière a rappelé qu'un nouveau projet de loi sur les mines est en préparation et que ce projet serait déposé à l'Assemblée nationale dans quelques semaines.

Forages annulés

Pétrolia devait entamer mardi une série de forages au puits Haldimand no 4, situé à quelque 350 mètres de résidences. Ce ne sont pas les premiers forages que Pétrolia entreprend dans la région. Les premiers travaux d'exploration de l'entreprise dans le secteur remontent à 2005. C'est la proximité de résidences qui, cette fois, a soulevé la controverse.

Mercredi, lors d'une conférence de presse, le président de Pétrolia, André Proulx, a menacé de quitter Gaspé si les parties ne parvenaient pas à une entente. Le lancement des travaux a été suspendu.

A la sortie de la rencontre avec les ministres Blanchet et Lelièvre, jeudi, le maire de Gaspé, François Roussy a refusé de commenter la menace de Pétrolia. Il s'est par contre dit ouvert à de nouvelles discussions. « Ce qu'on souhaite sincèrement, a déclaré François Roussy, c'est d'arriver à un modèle où on protège l'eau potable, on protège notre population et on permet à Pétrolia de se développement et d'aller chercher cette ressource. »

Une rencontre est prévue pour vendredi matin à Québec entre Pétrolia et la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet.