L'homme qui collectionnait les crèches

De la Chine au Panama, en passant par le Maroc, l'Abbé Jacques Côté a accumulé près de 730 crèches en une trentaine d'années.

En vrai collectionneur, il a rapporté de tous ses voyages, tels de vrais trésors, ces « nativités », comme il les désigne.

« Chacune a sa particularité, chacune à son histoire. » — Jacques Côté, Abbé de la paroisse de Pointe-au-Père

Le monde à travers les crèches

Jacques Côté explique que les crèches en disent long sur les us et coutumes des pays du monde, mais aussi sur les différentes perceptions qu'entretiennent les peuples sur la naissance de Jésus. Les couleurs, les décors et les matériaux utilisés sont des plus variés, mais toujours la même histoire et surtout le même message se retrouvent au coeur de ces objets d'art.

L'Abbé Jacques Côté L'Abbé Jacques Côté

Jacques Côté raconte comment est née sa passion pour les crèches: « C'est un peu un genre de coup de foudre que j'ai eu, à un moment donné, en Italie, lorsque j'ai vu sur une tablette, dans une boutique, une crèche particulière, en porcelaine ».

Il garde précieusement chez lui sa crèche préférée, entièrement bâtie de pain et donc, extrêmement fragile. L'Abbé raconte que son père était boulanger et que le nom de Bethléem, une des plus anciennes communautés chrétiennes du monde, veut dire « maison du pain ».

Jacques Côté affirme n'avoir jamais pensé que sa collection prendrait une telle ampleur. Année après année, il l'a enrichie de ses visites dans près d'une quarantaine de pays.

Le prêtre espêre attirer l'attention sur ces objets uniques, alors que les crèches se font de plus en plus rares dans les boutiques de chez nous.

Au-delà de ses croyances chrétiennes, l'Abbé affirme avoir découvert à quel point ce symbole de la Nativité est universel. « Presque tout le monde, dans toutes les religions, présente à un moment donné la naissance », explique-t-il.

Certaines pièces sont par ailleurs le fruit de commandes auprès d'artistes, dont plusieurs de la région.

Des expositions

Très impressionné par le travail patient de ces artistes, Jacques Côté aime mettre leurs oeuvres en valeur et rêve de trouver un lieu pour les exposer de façon permanente.

En attendant, 250 crèches sont exposées au Mausolé Saint-Germain de Rimouski jusqu'au 7 janvier. Une autre cinquantaine se retrouve au Musée régional de Rimouski. Le prêtre en a par ailleurs prêté à la paroisse de Rivière-Éternité, aussi surnommée le « Village de crèches », ainsi qu'à la Bibliothèque Gabrielle-Roy de Québec.

Est du Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook