Sirop d'érable dangereux

Du sirop d'érable Sirop d'érable  Photo :  istockphoto

Un jugement de la Cour d'appel du Québec sème l'inquiétude à l'Union des producteurs agricoles (UPA). Le jugement infirme une décision de la Cour supérieure du Québec qui condamnait 122 entreprises acéricoles pour avoir vendu du sirop d'érable sans passer par la Régie des marchés agricoles du Québec. Les amendes imposées totalisaient plus de 1 million de dollars.

Un jugement de la Cour d'appel du Québec remet en question le monopole de la mise en marché des produits agricoles que détient l'UPA.

L'UPA craint que cette décision de la Cour d'appel, en créant un dangereux précédent, brise son monopole de la mise en marché des produits agricoles.

« C'est un jugement qui est assez déstabilisant pour l'ensemble du système de mise en marché du sirop d'érable qui a été mis en place depuis 2002. On vient de perdre un incitatif majeur à respecter la réglementation », commente Anne-Marie Granger-Godbout, la directrice générale de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec, qui fait partie de l'UPA.

Mme Granger-Godbout fait le parallèle entre ce jugement et la possibilité que les limites de vitesse soient maintenues sur les routes, mais que les policiers ne puissent plus donner de contraventions.

La Fédération des producteurs acéricoles a maintenant un mois pour décider si elle portera le jugement en Cour suprême. Selon Mme Granger-Godbout, la décision devrait se prendre la semaine prochaine.

Le président provincial de l'UPA, Christian Lacasse, n'a pas voulu commenter l'affaire. La direction de l'UPA affirme qu'elle n'a pas fini d'étudier le jugement.

Est du Québec en direct Afficher le fil complet

Facebook