Pistolet Taser contre un enfant : les services sociaux de C.-B. déclarés négligents

Marie Ellen Turpel-Lafond La représentatrice des enfants et de la jeunesse de la C.-B., Mary Ellen Turpel-Lafond.

Après avoir analysé comment la Gendarmerie royale du Canada en est venue à tirer au pistolet électrique sur un enfant de 11 ans, la représentante des enfants et de la jeunesse de la Colombie-Britannique conclut que les services sociaux n'ont pas réussi à le protéger par leur négligence.

Jeudi, Mary Ellen Turpel-Lafond a rendu public son rapport des faits survenus il y a près de deux ans et qui ont impliqué la GRC ainsi qu'un enfant autochtone placé sous la tutelle de l'État, qui avait besoin de soins spéciaux.

Le rapport relève des manquements importants au système de soins résidentiels du ministère des Enfants et du Développement familial. Il conclut que des erreurs du système ont exposé l'enfant à des sévices et à de la négligence, autant dans la maison où il est né que dans les résidences subséquentes où l'a placé le ministère.

L'enfant a changé 15 fois de famille d'accueil depuis que le ministère en a pris la garde en 2001, peut-on lire dans le rapport. En octobre 2004, le ministère a été avisé que le parent d'accueil était difficile à joindre en cas d'urgence, que l'enfant ne recevait pas ses médicaments d'ordonnance et qu'il semblait craintif en présence du parent d'accueil.

Le même mois, le ministère a reçu un autre signalement voulant que l'enfant était discipliné de façon abusive, à l'aide de douches froides, de fessées, de sauce forte dans la bouche et de confinement dans sa chambre durant de longues périodes. Au moment de l'incident avec la GRC, il était dans un foyer supervisé par un bûcheron au chômage et un installateur de câbles.

Situation évitable si le ministère avait investi davantage

Mme Turpel-Lafond estime que la police a été appelée « trop souvent » pour maîtriser le comportement de l'enfant. Selon le rapport, « l'incident au pistolet la plupart des 22 blessures graves rapportées à propos de cet enfant auraient pu être évités, si le ministère avait investi dans un système adéquat de soins résidentiels, avec du personnel formé et qualifié, de la thérapie comportementale et d'autres formes de soutien [...] ».

La représentante propose au gouvernement d'abandonner immédiatement l'isolation et les mesures de confinement pour maîtriser les enfants sous sa tutelle. Elle suggère aussi que toute utilisation de telles mesures dans l'avenir lui soit rapportée.

Elle enjoint aussi au ministère de se doter d'une équipe interne, entre autres pour former les travailleurs sociaux et pour leur montrer, ainsi qu'aux décideurs politiques, comment agir avec ces enfants.

L'histoire de l'enfant maîtrisé au pistolet Taser a fait irruption dans les médias en avril 2011. Même si le lieu de l'incident et l'identité de certaines personnes qui y ont été associés ont été révélés, la représentante de l'enfance est d'avis que la vie privée de l'enfant et de sa famille doit être respectée. Aussi, a-t-elle demandé aux médias ne pas rapporter d'informations qui pourraient permettre de les identifier.

La ministre des Enfants et du Développement familial, Stephanie Cadieux, a indiqué jeudi qu'elle acceptait les recommandations de la représentante des enfants. Un nouveau foyer spécialisé ouvrira ses portes, a-t-elle assuré.