Les superpétroliers inquiètent l'État de Washington

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
petrolier Un pétrolier au port de Prince Rupert.  Photo :  Living Oceans Society

La Garde côtière américaine (USCG) analysera l'impact que pourrait avoir sur l'environnement une augmentation du nombre de pétroliers provenant du port de Vancouver.

L'évaluation des risques répond à la demande d'une sénatrice de l'État de Washington, Maria Cantwell.

« Le Canada augmentera de 300 % son trafic pétrolier dans les eaux des îles San Juan et du détroit de Juan de Fuca. Le déversement d'un superpétrolier détruirait l'économie côtière de l'État de Washington et des milliers d'emplois », a indiqué le bureau de la sénatrice par voie de communiqué.

La Garde côtière se penchera sur les dangers que poseraient ces navires qui doivent emprunter les eaux canadiennes et américaines, non loin d'un sanctuaire marin national, avant d'atteindre le port de Vancouver.

Ses recommandations sont attendues avant la fin juin.

Des milliers de barils supplémentaires

L'analyse américaine intervient alors que l'entreprise Kinder Morgan veut doubler la taille de son pipeline Trans Mountain entre Edmonton en Alberta et Burnaby en Colombie-Britannique.

L'expansion de l'oléoduc de 1100 km permettrait de faire passer de 300 000 à 700 000 le nombre de barils de pétrole qui peuvent être transportés au quotidien.

Trois conseils municipaux dans la région de Vancouver ont exprimé leur opposition au projet.