Autochtones : hier, aujourd’hui, demain

Idle No More grandira, prédit un chef qui songe à bloquer un poste frontalier

Logo Idle no more  Photo :  www.idlenomore.com

Le président de l'Union des chefs autochtones de la Colombie-Britannique croit que le mouvement de protestation Idle No More gagnera en importance.

Le chef Stewart Phillip a également indiqué qu'il se préparait à une manifestation qui aura lieu samedi à l'important poste frontalier Peace Arch, au sud de Surrey, en Colombie-Britannique.

Selon lui, on reverra en 2013 des barrages comme ceux qui ont déjà été érigés en décembre dernier.

Des manifestants ont bloqué la voie ferrée du CN à Sarnia, en Ontario, et d'autres ont arrêté pendant cinq heures la circulation sur le principal corridor de Via Rail entre Montréal et Toronto, dimanche soir dernier.

Stewart Phillip croit que le militantisme gagnera en importance en 2013, puisque les sympathisants du mouvement se battront contre le projet de loi omnibus du gouvernement fédéral, mais se préoccuperont aussi de questions plus larges comme l'inégalité et des droits issus de traités.

Pamela Palmater, qui mène le mouvement Idle No More, prédisait mardi que les manifestations évolueront pour inclure davantage d'actes de désobéissance civile, mais les appels à bloquer les postes frontaliers entre le Canada et les États-Unis n'ont pas reçu l'appui des organisateurs du mouvement.

Le mouvement de manifestations autochtones a pris de l'ampleur depuis qu'il a été lancé en appui à la chef Theresa Spence, qui jeûne depuis quatre semaines pour tenter d'obtenir une rencontre avec le premier ministre Stephen Harper.

Mme Spence est chef de la communauté crie d'Attawapiskat, sur la rive ontarienne de la baie James, qui a connu l'an dernier une grave crise du logement et de santé publique.


Colombie-Britannique en direct Afficher le fil complet

Facebook