Médicament Paxil : la cour certifie un recours collectif

GlaxoSmithKline  Photo :  PC/Kirsty Wigglesworth

La Britanno-Colombienne Faith Gibson a obtenu mardi la certification, par la Cour suprême de la Colombie-Britannique, d'un recours collectif contre GlaxoSmithKline en raison des effets du médicament antidépresseur Paxil sur son enfant.

Mme Gibson a pris le médicament Paxil au cours de sa grossesse. Son enfant, Meah Bartram, est née en septembre 2005 avec une communication interventriculaire, soit un trou au coeur.

La plaignante soutient que GlaxoSmithKline savait ou aurait dû savoir que la prise du médicament Paxil pendant la grossesse pouvait entraîner ce genre de malformations chez le foetus.

Faith Gibson soutient que la compagnie aurait dû publier des avertissements à cet effet avant septembre 2005, date à laquelle elle a envoyé une première lettre avertissant les médecins.

Selon GlaxoSmithKline, entre 1993, date à laquelle le Paxil a été mis en marché au Canada, et 2009, près de six millions de prescriptions pour ce médicament ont été distribuées à des femmes en âge de concevoir.

La décision du juge Nathan Smith souligne qu'une étude a identifié 20 cas de problèmes cardiovasculaires chez des nouveaux nés exposés au médicament Paxil in utero. Le juge ajoute qu'en Saskatchewan, où un recours collectif semblable a été intenté mais n'ira pas de l'avant, 42 femmes ont communiqué avec le bureau d'avocats responsable.