Gaz naturel liquéfié : Victoria s'entend avec la Première Nation Haisla

signature entente Haisla La ministre des Relations et de la Réconciliation avec les Autochtones, Ida Chong, et le conseiller en chef de la Première Nation Haisla, Ellis Ross, signent une entente sur le gaz naturel. (14 sept. 2012)

La ministre des Relations et de la Réconciliation avec les Autochtones de la Colombie-Britannique, Ida Chong, a signé une entente avec la Première Nation Haisla qui pourrait accélérer la construction d'une usine de traitement de gaz naturel liquéfié (GNL) à Kitimat.

L'entente prévoit que la Première Nation Haisla pourra acheter ou louer jusqu'à 700 hectares de terres de la Couronne près du chenal marin de Douglas dans le district de Kitimat dans le nord-ouest de la province.

Une telle transaction permettra aux Hailsa de négocier directement avec les multinationales de l'industrie gazière pour le développement d'une usine et d'un terminal pour l'exportation du gaz naturel.

L'entente fait partie de la stratégie du gouvernement provincial pour le gaz naturel annoncé en février. La stratégie prévoit plusieurs projets sur la côte près de Kitimat pour assurer l'exportation du GNL en provenance du nord-est de la province.

Le GNL serait gelé dans les usines pour être ensuite transporté en Asie par navire-citerne.

Le gouvernement libéral s'est engagé à compléter la construction d'usines de GNL de Kitimat d'ici 2020. Victoria affirme que le projet pourrait créer plus de 1400 emplois et générer plus de 600 milliards de dollars en activité économique pour la province au cours des trois prochaines décennies.

Selon le conseiller en chef de la Première Nation Haisla, Ellis Ross, l'entente leur offre la certitude qu'ils profiteront aussi de la construction des usines et des terminaux de gaz naturel prévus par la province.

Plus tôt cette semaine, Spectra Energy et BG Group ont annoncé leur intention de construire un pipeline pour le transport du GNL entre le nord-est de la province et la côte. Ils se joignent ainsi à de nombreuses autres compagnies qui veulent profiter de l'export du gaz naturel canadien vers l'Asie.