Démolition d'une cabane et d'un rêve

Claudiane Samson s'est entretenue avec M. Mirabeau

Un Canadien d'origine française doit renoncer à son rêve de retraite dans les grands espaces du nord du pays.

Un tribunal du Yukon a donné au gouvernement territorial le droit de détruire la cabane que Guy Mirabeau a construite au fond des bois.

Ce dernier est retourné à Ottawa, où il a pratiqué le métier de traducteur pendant plus de 20 ans, parce que son rêve s'est effondré.

Lors d'un voyage en canoë, en 1982, Guy Mirabeau décide de s'installer quelque part et de construire une cabane à l'ancienne comme l'on fait les pionniers.

Un tribunal du Yukon a autorisé le gouvernement territorial à détruire la cabane que Guy Mirabeau a construite au fond des bois.

Guy Mirabeau voulait se retirer dans le Grand Nord.

En 1996, il a construit à la main une cabane avec l'accord d'un trappeur qui avait une concession dans une région isolée du Yukon.

Il y vit tous les étés jusqu'en 2004, lorsque des fonctionnaires la découvrent par hasard en survolant le secteur.

Les autorités affirment que M. Mirabeau n'avait pas le droit de construire une structure permanente à l'endroit qu'il a choisi, sans payer de redevances au Yukon.

À la suite de la décision de la cour, la cabane de Guy Mirabeau sera démolie l'été prochain. Quant au rêve du traducteur, il s'est déjà envolé.

Colombie-Britannique en direct Afficher le fil complet

Facebook