Le Québec, producteur de pétrole?

Île d'Anticosti : Pétrolia veut tester la fracturation au gel de propane

Les explications de William Phénix

La compagnie rimouskoise Pétrolia envisage fracturer le sous-sol de l'île d'Anticosti, à l'aide de propane liquéfié, afin d'en extraire du pétrole.

Cette technique, peu utilisée au pays, consiste à injecter du gaz liquéfié dans le sous-sol de l'île.

D'après le président de Pétrolia, André Proulx, les tests effectués en laboratoire laissent croire que cette technique serait plus efficace que la fracturation hydraulique sur l'île d'Anticosti.

« La roche, selon nous, répondrait mal à l'eau. Il serait préférable d'utiliser du gaz », explique André Proulx.

Le président de Pétrolia ajoute que la technique permettrait d'éviter que des eaux usées soient rejetées après la fracturation.

Cela éviterait de devoir bâtir des infrastructures de décontamination des boues de forage, comme c'est le cas avec la fracturation hydraulique pour les gaz de schiste, poursuit André Proulx.

La compagnie Gasfrac de Calgary détient des brevets sur cette technologie. La méthode a déjà été testée, entre autres, sur un puits de Corridor Ressources au Nouveau-Brunswick.

Une rentabilité remise en question

Selon Marc Durand, docteur et ingénieur en géologie, l'opération n'est pas aussi simple. « Pour sortir le gaz de l'île, il faut un port méthanier. Ça, ça coûte 1 milliard », estime-t-il.

M. Durand croit que l'option la plus réaliste serait de brûler le méthane qui s'échappe lors de la fracturation, causant ainsi des dommages à l'environnement.

L'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique dénonce également le projet et exige un moratoire sur l'exploitation du gaz et du pétrole de schiste au Québec.

« Aux États-Unis, on nous a vanté les gaz de schiste comme la huitième merveille du monde, mais c'était vraiment avant qu'on fasse l'analyse des problèmes qui s'additionnent », indique le président de l'organisme, André Bélisle.

Le président de Pétrolia souhaite amorcer ses tests de fracturation au printemps prochain. 

Les réserves de pétrole du sous-sol de l'île d'Anticosti sont estimées à 40 milliards de barils de brut, d'après les sociétés qui y détiennent un permis.

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook