Une déclaration du ministre Jason Kenney soulève la colère en Acadie

Jason Kenney lors d'un point de presse à Ottawa, le 29 avril 2013 Jason Kenney lors d'un point de presse à Ottawa, le 29 avril 2013  Photo :  PC/Adrian Wyld

Une déclaration du ministre Jason Kenney visant à souligner la Fête nationale de l'Acadie, le 15 août, fait vivement réagir dans les provinces atlantiques. L'Acadie, apprend-on dans la déclaration, ferait partie du « patrimoine royal du Canada ».

Cette erreur doit être rectifiée, selon la présidente de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE), Marie-Claude Rioux.

« Mettre dans une même phrase "royal" et "acadien", habituellement, ça hérisse le poil sur le bras de la majorité des Acadiens », explique-t-elle.

La présidente de la FANE doute que la déclaration ait été écrite par le ministre, mais plutôt par son personnel.

Pour sa part, le député néo-démocrate d'Acadie-Bathurst, Yvon Godin, croit que le ministre et son personnel ont fait preuve de mauvaise volonté.

« Allez mettre des francophones royales (sic), si ce n'était pas voulu, il faut être pas mal ignorant », fait-il valoir.

Le ministre Jason Kenney, en entrevue téléphonique sur les ondes de RDI dimanche après-midi, a expliqué qu'il s'agissait d'une erreur de traduction. Il avait déclaré plus tôt sur les médias sociaux, qu'il s'agissait d'une référence à un discours de l'Abbé M.F. Richard, à la première Convention nationale des Acadiens, en 1881 :

« Le Père Richard a constaté que l'Assomption devait être la fête des Acadiens, parce que c'était "la fête nationale du royaume français" », explique t-il. 

La question acadienne est toujours délicate, puisque c'est la couronne britannique qui a ordonné la déportation des Acadiens, une opération qui a entraîné la mort de plus de la moitié de la population acadienne des provinces atlantiques, au XVIIIe siècle.

En complément

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.