Shawn Graham démissionne

Graham démissionne : les précisions de Michel Corriveau

L'ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, Shawn Graham, a annoncé vendredi à Fredericton qu'il quitte son poste de député de la circonscription de Kent au Nouveau-Brunswick.

Shawn Graham était député de sa circonscription depuis 1998. Il a succédé à son père Alan Graham qui avait représenté cette même circonscription durant 30 ans. M. Graham a été premier ministre du Nouveau-Brunswick de 2006 à 2010.

M. Graham se dit honoré d'avoir servi les gens du Nouveau-Brunswick à titre de premier ministre.

« Je suis fier de nos nombreux accomplissements au cours de notre mandat; le plan pour la réduction de la pauvreté, la restauration de la rivière Petitcodiac, les réformes en éducation postsecondaire, l'augmentation du développement économique, la création d'emplois grâce aux réussites de l'expansion de deux milliards de dollars de la mine de potasse à Sussex et du dédoublement de la route 1. »

L'ancien premier ministre a présenté des excuses au Néo-Brunswickois pour certaines des initiatives qui n'ont pas connu autant de succès que d'autres. Il ajoute avoir toujours eu leurs meilleurs intérêts à coeur.

« Malgré le fait que je démissionne, j'ai l'intention de payer la pénalité imposée par le juge Ryan, telle que soulignée dans le rapport et les recommandations. » — L'ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, Shawn Graham

Une enquête du commissaire aux conflits d'intérêts a conclu que l'ancien premier ministre s'est placé en situation de conflit d'intérêts lorsqu'il a participé aux discussions du cabinet concernant une demande d'aide financière de la compagnie Atcon.

M. Graham a ajouté que la dernière semaine a été difficile pour lui. Il accuse le gouvernement Alward d'avoir joué de la petite politique dans une tentative de distraire le public de l'incompétence et de l'incapacité de son gouvernement de s'attaquer aux plus grands défis de la province.

Le député quittera officiellement son poste le 11 mars 2013.

La démission de Shawn Graham suscite des réactions

Paul Robichaud Le vice-premier ministre du N.-B., Paul Robichaud (archives).

Le vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick, Paul Robichaud, affirme que démissionner était la chose à faire. Selon lui, il semble y avoir une division au sein de parti libéral à savoir si le député a quitté le parti par lui-même.

M. Robichaud trouve ça dommage qu'il s'en prenne au processus et à l'impartialité du commissaire.

« C'est un peu aller loin pour un ancien premier ministre de mettre en question la crédibilité du commissaire aux conflits d'intérêts. » — Paul Robichaud, vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick

Le chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, affirme avoir eu une réunion du caucus mercredi pour discuter du rapport du commissaire aux conflits d'intérêts.

« Je lui ai parlé hier soir (jeudi), et on a conclu, que c'est mieux pour tout le monde (et lui inclus, et nous-mêmes,) qu'il désiste, pour qu'on puisse être capable de continuer à rebâtir le parti. » ajoute-t-il.