Une affaire de fraude à Moncton connaîtra bientôt son dénouement

Palais de justice de Moncton Le palais de justice de Moncton (archives)

Une ex-conseillère en investissements de Moncton, au Nouveau-Brunswick, connaîtra sa peine dans quelques semaines pour avoir soutiré à ses clients 1,3 million de dollars.

Catherine Darlene Ford a reconnu sa culpabilité à six chefs d'accusation liés à des transactions frauduleuses effectuées de 2008 à 2010.

Au moment où elle floue ses clients, elle travaillait pour la firme Scotia MacLeod. À la suite d'une plainte, l'Organisme canadien de réglementation des valeurs mobilières a fouillé son dossier. Congédiée, elle a disparu et l'enquête a eu lieu en son absence.

Les enquêteurs ont découvert des virements bancaires frauduleux que Catherine Darlene Ford effectuait en contrefaisant la signature de six clients.

Dans un des cas, elle a utilisé l'argent volé pour verser 175 000 $ sur sa carte Visa.

Elle a redistribué l'argent à de tierces personnes et dans d'autres comptes bancaires pour dissimuler la trace de ses transactions.

Finalement, en juin dernier, l'Organisme lui a imposé une amende de 1 million de dollars et lui a interdit à tout jamais d'agir comme conseillère financière.

Entre temps la GRC, a retrouvé Mme Ford aux États-Unis. Ramenée au Canada et accusée de fraude, elle a reconnu sa culpabilité.

Cinq des six victimes sont âgées de plus de 70 ans. « Mais pour les personnes âgées, le risque est particulièrement d'être touchées. Aussi des problèmes avec la santé, l'anxiété », souligne Rick Hancox, de la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick.

Les sommes volées ont été restituées aux victimes de Catherine Darlene Ford par son ex-employeur, Scotia MacLeod.

Acadie en direct Afficher le fil complet

    Facebook