Réforme de l'assurance-emploi

Assurance-emploi : des fonctionnaires fédéraux expriment un malaise

Entrevue avec Nathalie Paulin, présidente de la section locale 6025 du Syndicat de l'Emploi et de l'Immigration du Canada
Stress et détresse, le reportage de François Vigneault

Des employés de Service Canada font part des préoccupations qu'ils éprouvent depuis la réforme de l'assurance-emploi.

La déléguée syndicale Nathalie Paulin, qui représente les employés de Service Canada dans le nord-est du Nouveau-Brunswick, dit que les agents doivent passer plus temps au téléphone pour expliquer la réforme et que cela retarde l'étude des demandes.

Elle a rencontré le député fédéral d'Acadie-Bathurst, le néo-démocrate Yvon Godin, jeudi matin, pour en discuter.

« Ç'a créé un nombre excessif d'appels. Les clients appellent parce qu'ils ne comprennent pas la nouvelle réforme, ils [posent] des questions. Ils essaient d'avoir la ligne, et les lignes sont congestionnées. Il y a des temps d'attente vraiment longs. Ça peut aller de deux heures à trois heures », explique Mme Paulin.

Certains demandeurs sont désespérés, ajoute Mme Paulin. « On a des appels vraiment de clients frustrés. Il y en a qui sont au bord de la déprime. Parfois même il y a des menaces de suicide. Il faut gérer ça nous autres aussi, comme employés. C'est vraiment difficile. On les comprend », dit-elle.

Le député Godin affirme que ces doléances confirment ce qu'il entend depuis le début de la réforme. Il promet de talonner le gouvernement à ce sujet à la reprise des travaux aux Communes.

Entre-temps, des opposants à la réforme préparent une autre manifestation, à Inkerman, au Nouveau-Brunswick, en fin de semaine.

Acadie en direct Afficher le fil complet

Facebook