Infirmières praticiennes : les urgentologues conseillent à l'Î.-P.-É. de ne pas agir trop vite

infirmière praticienne Une infirmière praticienne à l'Île-du-Prince-Édouard  Photo :  CBC

L'Association canadienne des urgentologues exprime des réserves sur une plus grande utilisation des infirmières praticiennes à l'Île-du-Prince-Édouard.

Les autorités médicales sont forcées de fermer périodiquement des services urgences en raison d'une pénurie de médecins. La province envisage donc de faire appel à des infirmières praticiennes, comme c'est le cas en Nouvelle-Écosse, pour répondre à cette pénurie.

L'Association des urgentologues affirme toutefois que les cliniques créées en Nouvelle-Écosse n'ont pas encore été suffisamment mises à l'épreuve.

Linda Silas, présidente de la Fédération canadienne des syndicats d'infirmières et d'infirmiers, rappelle pour sa part que les infirmières praticiennes ont une solide formation.

« Elles sont au niveau de la maîtrise après qu'elles ont fini leur baccalauréat, mais aussi après qu'elles ont fini x années d'expérience en pratique d'infirmière avant d'embarquer comme infirmière praticienne. Il ne faut pas oublier aussi qu'elles doivent suivre les règlements de la province ou de l'institut où elle ou lui travaillent. Alors, ce n'est pas comme s'ils s'en aillent en pratique indépendante complète », explique Linda Silas.