L'heure de fermeture des bars à Halifax est mise en question

Le centre-ville d'Halifax en Nouvelle-Écosse Le centre-ville d'Halifax en Nouvelle-Écosse

Le chef du service policier d'Halifax, Jean-Michel Blais, suggère que des bars ferment plus tôt pour améliorer la sécurité publique.

M. Blais croit que la violence diminuerait si tous les bars fermaient à 2 h. Certains établissements ferment à 3 h 30.

Jean-Michel Blais, chef du service policier d'Halifax Jean-Michel Blais, chef du service policier d'Halifax

Les esprits s'échauffent souvent à la fermeture des bars dans le centre-ville. On assiste régulièrement à des bagarres et même à des agressions au couteau et à des meurtres.

« Ce qui arrive, c'est que là on voit qu'il y a des chicanes qui surviennent. Par la suite, les gens sont placés dehors des bars et ça continue dans les rues avec parfois des conséquences fatales », explique Jean-Michel Blais.

La prise de position du chef Blais est cependant mal accueillie par le directeur de l'association des restaurateurs de la Nouvelle-Écosse, Gordon Stewart. Il affirme qu'il n'y a que huit boîtes de nuit dans la province, dont quatre à Halifax, qui ferment à 3 h 30 et qu'on ne peut les tenir responsables des crimes violents qui sont commis.

Peter Martell gérant du Palace, une boite de nuit au centre-ville, n'est pas convaincu. Selon lui, le fait que les bars ferment présentement à des heures différentes aide à mieux contrôler la foule.

Le maire de la ville, Mike Savage, pour sa part est prêt à écouter tous les points de vue. Il prévoit organiser une réunion avec tous les partis.

Changer les heures des bars n'est pas une tâche facile. Il faudrait d'abord changer la loi sur la réglementation des alcools de la Nouvelle-Écosse. Le ministre responsable affirme qu'il vaut la peine d'évaluer la recommandation du chef de police.