Crise du homard : les propriétaires d'usine obtiennent une injonction

Le camion qui transportait du homard du Maine est reparti sans avoir déchargé sa cargaison, jeudi après-midi. Le 2 août, un camion qui transportait du homard du Maine est reparti sans avoir déchargé sa cargaison à Shediac.  Photo :  Michèle Brideau/Radio-Canada

Des transformateurs de homards du Nouveau-Brunswick ont obtenu, jeudi, une injonction pour limiter les manifestations de pêcheurs.

Les propriétaires d'usine ont décidé d'avoir recours aux tribunaux pour tenter de dénouer la crise qui paralyse leurs activités.

Neuf transformateurs, dont Captain Dan's, Cape Bald Packers et Shediac Lobster Shop, ont déposé la demande à la Cour du Banc de la Reine par l'entremise de leur avocat, Ronald LeBlanc.

Des pêcheurs ont bloqué l'accès à plusieurs usines au cours des derniers jours pour dénoncer les faibles prix qu'on leur propose pour leurs prises.

Les explications de Sophie Désautels

« Le nombre d'employés qui ne peuvent plus travailler pour nos 9 usines seulement dépasse 1800 employés, et les pertes de revenus des usines excèdent 1 500 000 $ par jour », a fait valoir Me LeBlanc.

L'injonction, d'une durée de dix jours, limite à six le nombre de manifestants par usine. Ces derniers devront s'installer à au moins 61 mètres des limites de la propriété.

« Les usines ne s'opposent pas au droit des pêcheurs d'être contre, de véhiculer leur message qu'ils ont à véhiculer, mais on s'oppose à ce qu'ils empêchent les usines d'opérer », explique Ronald LeBlanc.

Les pêcheurs ont bloqué le déchargement de homards du Maine à des usines de transformation. Ils exigent pour leurs propres prises au moins 4 $ la livre, sans quoi ils ne peuvent rentabiliser leurs activités. Les transformateurs leur proposent plutôt 2,50 $. Les pêcheurs attribuent ce bas prix à l'importation de homards du Maine.

Réactions de l'UPM

Le directeur de l'Union des pêcheurs des Maritimes, Christian Brun, recommande aux pêcheurs de respecter l'injonction.

« On est déçu que les pêcheurs vont être limités dans ce qu'ils peuvent et ne peuvent pas faire pour exprimer leur opinion et manifester, mais en même temps une décision du tribunal, c'est une décision du tribunal », explique M. Brun.

Acadie en direct Afficher le fil complet

Facebook