Les organismes acadiens en Nouvelle-Écosse privilégient le statu quo dans la refonte électorale

La Maison acadienne Les bureaux de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse.

La Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse juge intéressante l'idée de créer des circonscriptions administratives pour maintenir le poids politique des Acadiens, mais elle défend toujours le statu quo.

Le président de l'organisme, Ronald Robichaud, estime qu'il y a du bien-fondé dans cette proposition visant à superposer trois grandes circonscriptions administratives aux 49 circonscriptions géographiques actuelles dans la province.

L'idée vient du Conseil communautaire du Grand Havre, à Dartmouth, afin de garantir aux collectivités acadiennes qu'elles soient représentées par des députés francophones.

Ronald Robichaud affirme toutefois que la Fédération n'abandonnera pas sa lutte pour le statu quo.

« On ne recule pas, nous autres. Il faut absolument garder nos trois régions. Notre représentation dans ces régions est critique pour nous, pour la communauté, pour le futur et la survie de l'Acadie dans la province. » — Ronald Robichaud, président de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse

La Fédération redoute la disparition des circonscriptions actuelles à prédominance francophone, Clare, Argyle et Richmond, dans la réforme de la carte électorale qui s'amorce.

Acadie en direct Afficher le fil complet

    Facebook