L'avenir du projet Keystone XL sera entre bonnes mains, selon Alison Redford

La première ministre Alison Redford

La première ministre de l'Alberta ne craint pas l'arrivée du nouveau secrétaire d'État américain John Kerry et croit que le projet Keystone XL ira de l'avant, a-t-elle affirmé vendredi lors de sa désignation des représentants de l'Alberta à Ottawa et aux États-Unis.

John Kerry aura la tâche de remettre à l'étude le projet du pipeline Keystone XL. Il est connu pour son combat contre les changements climatiques, mais cela ne semble pas inquiéter le gouvernement albertain.

Alison Redford a affirmé que les relations entre la province et les Américains étaient suffisamment solides pour arriver à un consensus concernant les projets environnementaux. Elle croit aussi que le feu vert donné par le Nebraska au projet Keystone XL pèse lourd dans la balance.

Le vice-président de l'association canadienne des producteurs pétroliers, Greg Stringham, a affirmé que M. Kerry avait démontré beaucoup d'écoute sur le dossier Keystone XL, lorsqu'il l'a rencontré l'an dernier.

Il a ajouté que l'industrie pétrolière était certaine que le prochain secrétaire d'État analyserait non seulement les aspects environnementaux, mais aussi les retombées économiques du projet de pipeline.

Le rapport du département d'État sera dévoilé au mois de mars.

Allison Redford a nommé David Manning comme représentant de la province à Washington. Allan Ross, un avocat de Calgary, sera représentant albertain à Ottawa.

En complément

  • alberta
    dossier -  Or noir à vendre L'exploitation des ressources pétrolières constitue le moteur de l'économie albertaine, mais des projets d'oléoducs actuellement en cours rencontrent de l'opposition.

Alberta en direct Afficher le fil complet

Facebook