Des cartes d'appels prépayés vendues avec frais et dates d'expiration

La carte d'appels téléphoniques prépayés, Jumbo Africa

L'Alberta a promis d'enquêter au sujet de cartes d'appels téléphoniques qui contreviendraient à la loi, en portant une date d'expiration et en étant vendues moyennant des frais additionnels.

Ces cartes, populaires chez les nouveaux arrivants, font souvent de la publicité faisant miroiter des taux très bas.

Poushali Mitra, coordonnatrice de programme à l'Association de services aux immigrants d'Edmonton (Edmonton Immigrant Services Association) en sait quelque chose.

« Quand je suis arrivée ici, je dépendais des cartes d'appels, car je n'avais pas d'accès Internet. Je travaille avec des nouveaux arrivants d'un peu partout dans le monde. Ils utilisent beaucoup de cartes. Certaines cartes de 5 $ promettent des conversations de 50 ou 100 minutes. Mais la prochaine fois que vous tentez l'expérience, vous vous demandez où est partie une quarantaine de ces minutes. » — Poushali Mitra, Edmonton Immigrant Services Association

Yolande Lawson-Body, du Centre Mennonite pour les nouveaux arrivants d'Edmonton, affirme aussi entendre de nombreuses plaintes de clients.

Selon elle, les usagers qui souhaitent éviter des appels interurbains très coûteux sont attirés par des cartes à 2,5 $ ou 5 $.

« Le produit n'est malheureusement pas bon. Si une carte marche, c'est tant mieux. Si elle ne marche pas, il n'y a rien à faire. Vous ne pouvez pas vous plaindre », ajoute Mme Lawson-Body.

Test concluant

Une enquête de CBC a découvert que bien souvent, les cartes d'appels prépayés donnent moins de temps que ce qui est promis par les fournisseurs.

CBC a testé une carte appelée Good Call, qui n'a pas du tout fonctionné. Une autre carte, appelée Jumbo Africa, a obtenu la connexion téléphonique après un délai de 60 secondes. Une voix enregistrée a annoncé que l'appel allait durer 12 minutes. Six minutes plus tard, la voix enregistrée indiquait qu'il ne restait plus qu'une minute de conversation. L'appel a été interrompu dans la minute qui a suivi.

Good Call et Jumbo Africa sont produites par le groupe Gold Line, qui réserve de petites surprises sur son site Internet. 

C'est là, et pas sur les cartes, qu'on peut découvrir une liste de frais additionnels qui réduisent de moitié la valeur d'achat des cartes.

Clarifications à la loi

Selon Mike Berezowsky, de Services Alberta, la Loi sur le commerce équitable (Fair Trading Act) interdit la vente de cartes téléphoniques et de chèques-cadeaux qui comportent des frais cachés ou une date d'expiration.

Les contrevenants s'exposent à des sanctions incluant une amende de 100 000 $.

M. Berezowsky explique que les cartes d'appels téléphoniques prépayés avaient été ajoutées dans la Fair Trading Act l'an dernier, en réponse à un argument légal que la province a jugé convaincant.

Service Alberta a dû ajouter cette précision sur son site Internet, après que CBC eut découvert que l'inclusion de ces cartes n'était pas encore faite.

La dernière version de la Fair Trading Act a été publiée en décembre 2012.

Plaintes

Manmeet Bhullar, ministre de Service Alberta, encourage les utilisateurs, qui estiment avoir été floués par des fournisseurs de cartes téléphoniques, à porter plainte.

« Les nouveaux arrivants peuvent souvent être la cible de pratiques commerciales peu scrupuleuses. Pour nous, c'est très important de préserver la confiance envers notre système. Personnellement, je vais m'assurer que ces plaintes nous porteront résoudre ce problème. Quel que soit le montant en jeu, nous sommes prêts pour défendre les intérêts des Albertains », dit M. Bhullar.

Une longue histoire 

En 2008, le Bureau de la concurrence du Canada avait mis les fournisseurs en garde, en leur demandant d'être honnêtes avec leur taux par minute et de cesser d'imposer de frais cachés.

En 2009, ce même Bureau avait obligé l'entreprise ontarienne Phonetime de rembourser un total de 300 000 $ à des clients qui avaient acheté ses cartes.

En 2011, Service Alberta avait exigé un remboursement pour une carte d'appels Yak qui avait expiré avant que l'acheteur ait épuisé toutes les minutes promises.

Le fournisseur des cartes Vox fait actuellement l'objet d'une enquête. Il est soupçonné d'imposer des frais cachés interdits en vertu de la Fair Trading Act.