Un juge de Calgary se penche sur une poursuite de 33 millions de dollars contre Encana

Jessica Ernst affime qu'il y a tellement de méthane dans son eau qu'elle peut y mettre le feu. Jessica Ernst affime qu'il y a tellement de méthane dans son eau qu'elle peut y mettre le feu.  Photo :  CBC

Un juge de Calgary entend la cause d'une femme qui soutient que les travaux de fracturation d'Encana ont contaminé son eau, afin de décider si sa poursuite pourra aller de l'avant.

Jessica Ernst, résidente de Rosebud, à 120 km au nord-est de Calgary, a lancé une poursuite de 33 millions de dollars contre Encana, le gouvernement albertain et la Régie de contrôle des ressources énergétiques de l'Alberta (ERCB) en 2011.

Mme Ernst a affirmé qu'il y avait tellement de méthane dans l'eau provenant de son robinet qu'elle pouvait y mettre le feu. Elle attribue la présence du méthane aux travaux de fracturation hydraulique de l'entreprise albertaine.

La méthode de fracturation hydraulique consiste à injecter à très haute pression de grandes quantités d'eau mélangées à du sable et des additifs chimiques dans le but de libérer le gaz contenu dans la couche rocheuse.

Vendredi, les avocats représentant l'ERCB ont indiqué au juge qu'en tant qu'organisme provincial de réglementation, la Régie n'était pas dans l'obligation de privilégier des intérêts individuels au détriment des intérêts publics et qu'elle était protégée de toute poursuite privée.

La salle d'audience est remplie de propriétaires de terrains qui se sentent concernés par les effets de la fracturation hydraulique.

Le juge soutient que la cause de la plaignante est complexe et n'a pris aucune décision vendredi.

Alberta en direct Afficher le fil complet

Facebook