Un patient atteint de cancer accuse son chirurgien d'avoir aggravé son état de santé

Emmanuel Alonce, patient de Dr Brad Mechor Emmanuel Alonce, patient de Dr Brad Mechor

Un résident de Calgary, qui a appris avec plusieurs mois de retard qu'il souffrait de cancer, croit que l'attente a eu des conséquences graves sur sa santé.

Un rapport d'enquête du Collège de médecins et de chirurgiens de l'Alberta a montré que le docteur Brad Mechor a tardé à communiquer et à faire le suivi des résultats de tests faits sur son patient, Emmanuel Alonce.

Le patient avait été opéré au nez par Dr Joseph Warshawski, de l'hôpital Rockeyview, en février 2010.

Le 16 mars, Dr Warshawski l'a référé à un autre chirurgien, Dr Mechor, car la première intervention n'avait pas donné les résultats escomptés.

Le 20 avril, Emmanuel Alonce a été à nouveau opéré par Dr Mechor. Le médecin a fait prélever des tissus sur le patient et les a envoyés pour des analyses en laboratoire.

Six mois plus tard, en octobre 2010, un autre médecin traitant, Dr Geddes a informé Emmanuel Alonce qu'il était atteint d'une forme de cancer appelé lymphome du sinus.

« Ç'a été un choc pour moi. Je lui ai demandé : Écoute, il me reste combien de temps à vivre? » explique M. Alonce, qui a décidé de déposer une plainte au Collège de médecins et de chirurgiens de l'Alberta, en 2012.

« Une erreur pareille, c'est inacceptable. Je pense que Dr Mechor devrait être sanctionné sévèrement pour que des trucs pareils ne se répètent pas à l'avenir », poursuit le patient.

Des conclusions sans équivoque

L'enquête du Collège a découvert que trois mois s'étaient écoulés entre le moment où le laboratoire a finalisé ses analyses (31 mai) et celui où le bureau de Dr Mechor en a reçu les résultats (24 août).

Les conclusions avaient été mal classées, en sorte que c'est seulement un mois plus tard (20 septembre) que le médecin les a vues.

Le Collège estime que, ce faisant, Dr Mechor n'a pas suivi sa norme 24.1.a. « Il accepté sa responsabilité pour le délai entre le 24 août 2010 et le 20 septembre 2010, à cause de son employée qui n'a pas classé correctement le rapport », note le rapport.

Le Collège félicite le médecin pour avoir modifié le fonctionnement de son cabinet afin d'éviter des erreurs de classement dans l'avenir. Il lui reproche néanmoins de n'avoir pas parlé à Emmanuel Alonce aussitôt après avoir pris connaissance du rapport, soit tout de suite après le 20 septembre.

Autres reproches

Le Collège note que le délai de transmission du rapport du laboratoire au Dr Melchor a été anormalement long.

Le rapport déplore aussi le manque d'empressement du médecin pour rechercher le rapport de laboratoire alors que le patient Alonce ne répondait pas positivement au traitement qu'il recevait.

Il reproche également à Dr Mechor d'avoir laissé à un autre médecin, Dr Geddes, le soin d'informer le patient, au mois d'octobre 2010.

Pas de sanction claire

Dr Mechor a présenté ses excuses à Emmanuel Alonce. Mais le rapport ne précise pas de sanctions contre lui.

Quant au patient, il a été soumis à des examens supplémentaires pour vérifier l'évolution de son cancer qui, selon les médecins, pourrait s'être déjà propagé aux os.

Alberta en direct Afficher le fil complet

Facebook