Or noir à vendre

L'étude sur l'effet polluant des sables bitumineux, un bon point de départ, dit Kent

Le ministre canadien de l'Environnement Peter Kent. Le ministre canadien de l'Environnement Peter Kent.  Photo :  PC/Sean Kilpatrick

L'étude commandée par le gouvernement du Canada qui révèle l'effet polluant des sables bitumineux de l'Alberta sur les lacs du nord de la province servira à mettre en place les moyens de contrer cet effet, assurent le ministre de l'Environnement et l'industrie.

La recherche menée par des scientifiques d'Environnement Canada et de l'Université Queen's a démontré que les polluants se sont accumulés dans les cours d'eau au nord de Fort McMurray depuis qu'on a commencé à exploiter les sables bitumineux, il y a 50 ans.

Le ministre Peter Kent a assuré lundi qu'Ottawa travaillait avec l'Alberta sur un système de surveillance.

« C'est une étude importante. Elle confirme certainement les soupçons des chercheurs d'Environnement Canada et de chercheurs indépendants, et nous donne davantage de raisons de travailler avec l'Alberta et des scientifiques indépendants pour terminer le plan de surveillance des sables bitumineux », a-t-il déclaré.

Travis Davies, de l'Association canadienne des producteurs pétroliers, abonde dans le sens du ministre et croit que l'étude est un bon point de départ.

Pour M. Davies, il s'agit pour l'industrie de procéder de manière scientifique pour établir un système de surveillance qui fonctionne, en obtenant les mesures de la quantité de polluants, en déterminant d'où ils proviennent et s'ils menacent l'environnement.

Par ailleurs, le Nouveau Parti démocratique de l'Alberta (NPD) a soutenu que les conservateurs au pouvoir à l'Assemblée législative ont induit les Albertains en erreur, il y a moins de deux ans, « en prétendant que toute pollution trouvée dans la région des sables bitumineux était naturelle ».

« Il est évident maintenant que les programmes de surveillance des sables bitumineux du gouvernement ont échoué misérablement, dans la détection de ces produits toxiques dans nos cours d'eau », a déclaré par voie de communiqué la porte-parole du NPD en matière d'environnement, Rachel Notley.

Mme Notley écorche également au passage la loi 2, adoptée fin 2012, qui a créé un organisme unique de réglementation de l'énergie dans la province. « À cause de la loi 2, nous aurons bientôt un organisme ayant les mandats contradictoires de développer la production d'énergie et de tenir les entreprises responsables de ramasser leurs dégâts », a-t-elle lancé.

En complément

  • or noir à vendre
    dossier -  Or noir à vendre L'exploitation des ressources pétrolières constitue le moteur de l'économie albertaine, mais des projets d'oléoducs actuellement en cours rencontrent de l'opposition.

Alberta en direct Afficher le fil complet

Facebook