Projet de parc éolien pour des conseils scolaires en Alberta

Un parc d'éoliennes  Photo :  Hydro-Québec

Une trentaine de conseils scolaires de l'Alberta lancent un projet de parc éolien à Provost, à la frontière de l'Alberta avec la Saskatchewan.

Le projet Bull Creek Wind, dont la construction et la gestion ont été confiées à l'entreprise BluEarth Renewables, comporterait 46 éoliennes d'une capacité de 115 mégawatts.

Le système, qui serait capable d'alimenter entre 30 000 et 35 000 maisons, fournirait assez d'électricité aux conseils scolaires participants qui en seraient acheteurs exclusifs et en partie propriétaires pendant 25 ans.

Selon François Gagnon, président de ce regroupement (Alberta Schools Commodities Purchasing Consortium), le parc d'éoliennes garantira un prix stable dans un contexte où les consommateurs albertains vont être appelés à financer le remplacement des centrales au charbon de la province.

« On prévoit que dans les 25 prochaines années, mais plus précisément dans cinq ans, le prix de l'électricité conventionnelle va augmenter considérablement en Alberta. En ayant notre parc d'éoliennes, on se protège de ces hausses de coûts », explique M. Gagnon.

Il croit que l'initiative est un pas en avant pour des conseils scolaires qui achètent déjà leur électricité ensemble depuis 2005.

Joseph Doucet, professeur en économie de l'énergie à l'Université de l'Alberta, doute que l'idée soit bonne. « Ça requiert une expertise technique. Ça requiert une expertise en génie et les conseils scolaires n'ont pas cette expertise-là », affirme M. Doucet.

Le Conseil francophone du Sud de l'Alberta a promis d'examiner sa participation en janvier. Le Conseil scolaire Centre-Nord a déjà refusé de se joindre au projet. Ses responsables citent notamment les risques de s'engager pour 25 ans dans une technologie encore jeune.

Les promoteurs de Bull Creek Wind espèrent obtenir toutes les autorisations provinciales requises de manière à démarrer le projet en juillet 2013 et le rendre fonctionnel en janvier 2014.

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.