Les pourparlers entre les médecins et le gouvernement heurtent un mur

Médecin Medecin

Les pourparlers entre le gouvernement de l'Alberta et ses médecins semblent à nouveau être dans l'impasse, selon une lettre envoyée aux membres de l'Association médicale de l'Alberta (AMA).

Dans cette lettre, le président de l'Association, le Dr Michael Giuffre, affirme que les discussions entreprises au cours du week-end n'ont pas été productives.

Le Dr Giuffre écrit qu'il avait trois exigences pour le ministre, soit l'annulation du contrat de travail imposé le 16 novembre, la reprise des négociations en vue d'une entente ratifiée avant le 31 décembre et, si l'entente n'est pas conclue à cette date, un accord sur un processus d'arbitrage contraignant.

Au terme de la rencontre improductive, le ministre de la Santé, Fred Horne, n'a pas la confiance des médecins, indique le Dr Giuffre, qui annonce une intensification des activités d'opposition pour la nouvelle année. « Je vous demande de fermer les écoutilles et de vous préparer à une tempête qui pourrait perdurer un bon moment », lance le président de l'AMA à ses membres.

Le ministre se dit désolé d'entendre une telle chose. « Nous avons fait tout ce que nous pouvions faire de façon raisonnable, comme gouvernement », a-t-il affirmé. « Nous avons négocié durant 20 mois pour tenter d'en arriver à une entente. »

« Nous sommes certainement disposés à continuer à discuter avec l'Association médicale de l'Alberta. Je crois que la balle est dans leur camp », a ajouté le ministre Horne, qui propose l'intervention d'un médiateur pour relancer les négociations.

Les médecins et la province ne s'entendent pas sur le contrat de travail qui a été imposé il y a environ deux semaines. Selon ce contrat, la rémunération des 8250 médecins provinciaux augmenterait et ils recevraient un montant forfaitaire équivalant à 2,5 % des frais qu'ils ont facturés au gouvernement de 2011 à 2012.

Les médecins croient que la décision de la province leur fera perdre 200 millions de dollars.