Osisko aura plus de liberté pour ses sautages

Le reportage de Claude Bouchard


L'entreprise Osisko aura un peu plus de liberté à partir du 6 mars pour effectuer des sautages à sa mine Canadian Malartic.

Après des négociations avec la compagnie, le Ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) a accepté de modifier les conditions d'opération qui lui sont imposées. Osisko pourra désormais procéder à des explosions de roc entre 11 h et midi et entre 15 h et 16 h, tous les jours. La compagnie ne disposait avant que de deux plages quotidiennes d'une demi-heure chacune.

La durée maximale des séquences de sautage passera également de 6 à 15 secondes.

Inquiétudes

Cette nouvelle est bien mal accueillie par le Comité de vigilance de Malartic, surtout en ce qui concerne la durée des sautages. Nicole Kirouac, avocate à la retraite et consultante pour le comité, souligne que le rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) au sujet de Canadian Malartic ne mentionne que des explosions de trois à cinq secondes. « Il n'y a pas d'experts qui se sont prononcés au moment du BAPE sur ces secousses à répétition et d'une si longue durée », affirme-t-elle.

Elle ajoute que les citoyens de Malartic lui rapportent régulièrement des troubles occasionnés par les sautages. Nicole Kirouac raconte qu'une résidente qui habite loin de la mine lui a un jour dit : « Je réalise qu'il y a quelque chose qui est en train de s'effondrer dans le centre de ma maison parce qu'elle n'a pas été bâtie pour vivre des secousses comme ça. »

Toujours en négociation

Les discussions se poursuivent entre le gouvernement du Québec et la minière Osisko pour assouplir les normes concernant le bruit.

Il s'agit d'un sujet sensible, selon le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet. « Les enjeux de bruit restent l'un des points de discussion les plus pointus et on n'a pas encore de terrain d'entente », dit-il.