La commission de vérité et réconciliation

Pensionnats autochtones: le témoignage d'une ancienne enseignante

Le pensionnat autochtone de St-Marc-de-Figuery Le pensionnat autochtone de St-Marc-de-Figuery.  Photo :  Archives personnelles de Ghislaine Dufresne

La Commission vérité et réconciliation qui a eu lieu à Val-d'Or cette semaine a permis à une ancienne enseignante d'aller à la rencontre de ses élèves.

Ghislaine Dufresne a enseigné au pensionnat de St-Marc-de-Figuery près d'Amos dans les années 60.

50 ans plus tard, elle n'arrive toujours pas à croire le mal qu'on a infligé aux enfants. Il lui est difficile d'imaginer que plusieurs d'entre-eux ont été agressés sexuellement à l'époque où elle était leur professeur, entre 1961 et 1971.

« On aurait agi différemment et on aurait été trouvé de l'aide, si on avait su. Même aujourd'hui, dans les écoles, on ne laisse pas faire ça quand quelque chose se passe. Ça aurait été la même chose. Mais quand on ne le sait pas, on ne peut rien faire. » — Ghislaine Dufresne

Elle a reconnu plusieurs de ses élèves lors de la Commission vérité et réconciliation. Leurs témoignages l'ont bouleversé.

« Là, je revivais un peu comment ils devaient se sentir, mais nous, nous ne pouvions pas l'imaginer. Notre mission c'était d'enseigner. On enseignait du matin au soir et après on revenait retrouver nos vies. » — Ghislaine Dufresne

Comme plusieurs personnes présentes lors des audiences de la Commission à Val-d'Or, Ghislaine Dufresne a versé quelques larmes. Elle reconnaît le courage de ses anciens élèves et les félicite d'avoir entrepris ces démarches.

En complément